60% des personnes polyhandicapées sont dénutries en France

En ce moment même et jusqu’au 20 novembre, se déroule la Semaine nationale de la dénutrition. On peut avoir tendance à penser que la dénutrition concerne peu de gens en France, mais ce ne sont pas moins de 2 millions de personnes qui sont touchées, dont notamment, 25% des personnes de plus de 70 ans vivant seules.
Un autre chiffre fait froid dans le dos puisque l’on estime que 60% des personnes polyhandicapées sont dénutries.
Voyons avec Karine Pouchain-Grépinet, Conseillère nationale Santé chez APF France Handicap, quelles sont les principales causes de la dénutrition pour ces populations particulièrement vulnérables.

66 Millions d’Impatients : L’une des raisons pour lesquelles les personnes polyhandicapées sont dénutries serait leur mauvais état de santé bucco-dentaire ?

Karine Pouchain-Grépinet : En effet l’accès aux soins pour les personnes en situation de handicap est toujours difficile, et dans le cas des soins dentaires et du polyhandicap, il est alarmant. Peu de cabinets dentaires sont accessibles et spécifiquement équipés pour des personnes en situation de handicap et encore moins en situation de polyhandicap. En outre, peu de dentistes et de leur personnel sont formés à les recevoir. Or, on imagine aisément que des douleurs ou une mauvaise implantation dentaire peuvent empêcher de manger correctement. Ce problème d’accès aux soins dentaires est tel qu’il arrive que des patients handicapés finissent hospitalisés suite à une aggravation de maux dentaires. On a même des cas extrêmes où il a été conseillé d’arracher par anticipation, toutes les dents.

En amont des soins dentaires, l’hygiène est aussi un enjeu pour les personnes polyhandicapées qui sont très souvent dépendantes de leur entourage pour effectuer les gestes d’hygiène quotidiens. Or, si les aidants et les proches sont bien sensibilisés à cette question, en pratique les choses ne sont pas toujours évidentes à bien mettre en place, notamment parce que les personnes polyhandicapées souffrent souvent de troubles de l’oralité (dysoralité sensorielle) qui engendrent un refus d’utiliser une brosse à dents, un dégoût ou même un refus de s’alimenter.

Articles sur le même sujet

66 Millions d’Impatients : Quelles sont les autres causes qui expliquent un si grand pourcentage de personnes polyhandicapées dénutries ?

Karine Pouchain-Grépinet : Par ricochet par rapport aux problèmes bucco-dentaires, on trouve parmi les autres causes de la dénutrition chez les personnes polyhandicapées, les troubles de la mastication. Outre une mauvaise dentition, ils peuvent également être dus à des troubles de la déglutition. La survenue de « fausse route », qui n’est pas rare chez les personnes en situation de polyhandicap, peut aussi créer de l’appréhension au moment des repas. Par ailleurs, de nombreuses personnes polyhandicapées souffrent de reflux gastro-œsophagiens ou de constipation qui peuvent participer à la dégradation de l’alimentation. Les infections et maladies récurrentes peuvent entraîner des pertes de poids et il arrive également que les personnes polyhandicapées s’alimentent mal, car elles ne trouvent pas de position confortable et ne sont pas dans un environnement favorable pour manger sereinement et y prendre plaisir.

Il faut aussi prendre compte que parmi les personnes en situation de polyhandicap, certaines ont des difficultés, voire des impossibilités à s’exprimer et dire ce qu’elles aiment ou n’aiment pas, si elles ont besoin de manger plus ou moins vite, etc. Il est important alors de mettre en place des outils de communication alternative, comme des cartes avec des pictogrammes par exemple.

Enfin, les repas dépendent évidemment de l’entourage de la personne or, selon les situations cet entourage n’a pas toujours le temps, les ressources, les compétences pour varier, adapter, équilibrer les repas.

66 Millions d’Impatients : Comment améliorer cette situation ?

Karine Pouchain-Grépinet : Malgré les chiffres alarmants, les familles, les associations et les établissements sociaux et médico-sociaux sont dans l’ensemble bien sensibilisés au problème de la dénutrition. Le blocage vient en revanche du fait qu’il y a souvent un manque de concertation, de co-construction et de travail d’équipe entre tous ces acteurs. Il faudrait également mieux prendre en compte l’expertise des proches des personnes polyhandicapées, surtout pour ceux qui vivent à domicile, car ils connaissent bien leurs habitudes. Il est aussi essentiel de faire changer les représentations des professionnels sur la personne polyhandicapée afin de mieux prendre en considération les compétences et aptitudes de ces personnes. D’autre part, comme je le disais, il est essentiel de développer les outils de communication alternative adaptée pour permettre aux personnes polyhandicapées d’exprimer leurs goûts, leurs besoins.

Le suivi médical des personnes en situation des polyhandicap intègre normalement une pesée mensuelle et un calcul régulier de l’IMC. Ils permettent de repérer les situations d’amaigrissement qui doivent donner lieu très rapidement à des mesures pour inverser la tendance mais ainsi que nous l’avons vu, une fois les causes identifiées, il faut désormais vraiment travailler sur un meilleur accès aux soins. Si l’on diagnostique une gêne dentaire, mais qu’il n’est pas possible de prendre rendez-vous chez un dentiste, il y a peu d’espoir de résoudre le problème. Au contraire, on sait par avance que la situation se dégradera inéluctablement. L’espérance de vie des personnes en situation de polyhandicap est déjà plus courte qu’en population générale, il n’est pas acceptable d’y ajouter des pertes de chance supplémentaires.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier