Démo Colovisio

Colovisio : un casque VR pour sensibiliser au dépistage du cancer colorectal

Pour convaincre le plus de monde possible de pratiquer, tous les deux ans, entre 50 et 74 ans, un dépistage pour le cancer colorectal, les comités normands de la Ligue contre le Cancer ont imaginé se servir d’un outil innovant : un casque de réalité virtuelle. Les équipes de Seine-Maritime et du Calvados ont ainsi travaillé sur la création d’une application dédiée de réalité virtuelle et ont lancé « Colovisio ». Prêt pour un petit voyage au centre du côlon ?

Quelques données et chiffres sur le cancer colorectal

Le dépistage du cancer colorectal pâtit de nombreux tabous et idées reçues. La plupart des gens pensent que le dépistage de première intention est la coloscopie. Cependant, pour les personnes qui ne présentent pas de risque particulier de développer ce cancer, sans antécédents familiaux par exemple, il s’agit d’un simple examen des selles que l’on prélève tranquillement chez soi, grâce à un « kit » remis gratuitement par son médecin traitant par exemple. Evidemment, cela reste un geste peu plaisant, qui n’enthousiasme pas les foules. Un tiers seulement du public le plus à risque, c’est à dire les hommes et les femmes entre 50 et 74 ans, répondent à l’invitation régulièrement envoyée par l’Assurance maladie pour ce dépistage 100% pris en charge. Pourtant, si 50 à 60% des 50-74 ans se faisaient dépister tous les deux ans, cela pourrait permettre de faire baisser la mortalité de ce cancer de 15 à 20%. Rappelons que le cancer colorectal est, en France, le plus meurtrier après le cancer du poumon.
Effectué régulièrement, le dépistage permet de repérer la présence de sang dans les selles, signe d’éventuels tumeurs, pour la plupart bénignes, appelées polypes, qui, traités à un stade précoce, n’évolueront pas en cancer dans 9 cas sur 10. Des arguments édifiants qui ont pourtant du mal à convaincre les Français de passer à l’action.

L’objectif de Colovisio

Sur le terrain, les équipes de la Ligue contre le Cancer savent à quel point l’enjeu des échanges avec les usagers sur le dépistage du cancer colorectal est important pour sauver des vies mais ils sont chaque jour confrontés à cette gêne, cette hésitation à effectuer l’examen des selles à la maison. Comment aborder la question, comment convaincre ? Pour les comités normands de La Ligue, ce sera grâce à l’innovation et au jeu ! Puisque les casques de réalité virtuelle fascinent, pourquoi ne pas les utiliser et imaginer une immersion pour une visite virtuelle du côlon ?
Une fois le casque enfilé et muni de deux manettes, l’utilisateur se trouve plongé dans une maison et doit aller ouvrir une enveloppe posée sur la table d’un salon, en écho à l’invitation envoyée par l’Assurance maladie pour le dépistage du cancer colorectal. L’enveloppe se met alors à « parler » pour expliquer le but et le déroulement d’un tel dépistage et commence un voyage virtuel dans un côlon. On comprend alors, en quoi il est important de repérer des saignements dans les selles, ce que sont les polypes et pourquoi le dépistage peut sauver réellement de nombreuses vies. En tout, l’immersion dure environ 5 minutes mais l’objectif principal est évidemment, à l’issue de cette expérience, d’entamer un échange avec la personne pour parler dépistage et la convaincre de le faire si elle hésite encore. « Les retours des utilisateurs nous montrent que l’expérience qu’ils vivent grâce au casque est très éloquente pour eux. Cela les interpelle suffisamment pour qu’ils aient ensuite envie d’entamer un échange avec nous. », explique Mélanie Jeansoulé, chargée de prévention à La Ligue contre le Cancer de Seine-Maritime.

Les publics touchés avec le Colovisio

La cible principale sont les personnes entre 50 et 74 ans, qui sont les plus à risque face à ce type de cancer, mais les équipes de La Ligue sont intéressés également à l’idée d’interpeller le grand public, même des populations plus jeunes. Elles sont naturellement souvent attirées à l’idée d’essayer un casque de réalité virtuelle, même pour un sujet qui, a priori, les concerne peu. « Nous proposons volontiers aux jeunes d’essayer le Colovisio, car, une fois sensibilisé, nous pouvons aussi compter sur ce public pour parler à leurs aînés du dépistage et également s’y préparer eux-mêmes quand ce sera à leur tour de penser à se faire régulièrement dépister. », précise Mélanie Jeansoulé.
Le Colovisio a ainsi désormais toute sa place lors des différents évènements, comme le «côlon tours â»,  les forums, les salons ou tout autre action de sensibilisation et de prévention menées par La Ligue.
L’autre cible importante pour le Colovisio est celle des entreprises, où La Ligue intervient déjà dans le cadre de son programme d’actions de prévention contre le cancer « Lig’Entreprises ».

Quelques obstacles mais un bel avenir pour le Colovisio

Mélanie précise que malheureusement, l’entreprise qui a créé leur logiciel pour le casque de réalité virtuelle a fait faillite, empêchant pour l’instant d’envisager des évolutions à ce premier scénario. C’est d’autant plus dommageable que le développement d’une telle application est très cher. Pourtant, malgré ces derniers mois plombés par la Covid, durant lesquels l’association a eu moins d’occasions que prévu de se servir du Colovisio, l’initiative reste convaincante. Ainsi, au niveau national, un appel d’offres a été lancé pour développer une nouvelle version du Colovisio, encore plus ludique et plus interactive. Selon l’intérêt et l’impact du Colovisio, il pourrait aussi être prévu de créer d’autres types de scenarii, pour le cancer de la prostate ou le cancer du sein par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier