Rendre le Nutri-Score obligatoire : la note de position de France Assos Santé

En Europe, près d’un adulte sur quatre est obèse, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé paru en 2022. Dans le même temps, les maladies chroniques ont fortement augmenté entre 2003 et 2019 : qu’il s’agisse du diabète, des maladies cardio-vasculaires ou du cancer, aucune classe d’âge n’échappe à cette hausse. Parmi les facteurs de risque figure l’alimentation. Et notamment ce que l’on appelle la « malbouffe » : soda, plats ultra-transformés, produits qui contiennent des sucres cachés et/ou des quantités astronomiques de sel, etc.

Depuis 2017, d’abord en France, puis désormais dans 7 pays européens, le Nutri-Score, créé sur des bases scientifiques, est un outil qui permet au consommateur de se repérer dans les rayons grâce à un système en 5 lettres et 5 couleurs, allant du vert au rouge. Grâce à ce logo nutritionnel simple à comprendre, le consommateur peut comparer les produits d’une même gamme et orienter ses choix vers des produits de meilleure qualité.

En ce début d’année, le Nutri-Score a évolué pour intégrer les récentes avancées scientifiques. Il se rapproche ainsi des recommandations nutritionnelles. France Assos Santé soutient le Nutri-Score et plaide pour que les pouvoirs publics jouent leur rôle de régulation de l’offre alimentaire et intègrent pleinement ce système d’étiquetage comme un des dispositifs d’une politique volontariste de prévention. Découvrez notre note de position sur le sujet !

Sur le même sujet, dans notre magazine 66 millions d’Impatients :

Prise en charge de l’hémophilie : des inégalités régionales

Journée Mondiale de l’Hémophilie en ce 17 avril. En France, quelque 15 000 personnes sont touchées par l’hémophilie et autres déficits constitutionnels de protéines de la coagulation. Pour cette JMH 2024, la thématique retenue est « L’accès équitable pour tous les troubles de la coagulation ». L’occasion de mettre le cap sur les départements d’outre-mer, et en particulier…

Parkinson : l’activité physique aussi importante que les médicaments

« Reposez-vous ». Cela a été l’injonction adressée aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson pendant des décennies. On sait désormais que l’activité physique est essentielle pour en ralentir l’évolution. Reste à la rendre accessible à tous. De la maladie de Parkinson, on ne sait pas grand-chose avant d’y avoir été confronté. Pour beaucoup, elle se…

Laisser un commentaire public

Votre commentaire sera visible par tous. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Êtes-vous satisfait
du site internet de
France Assos Santé ?

Donnez votre avis, en moins de 10 min !

ENQUÊTE

Non merci, je ne veux pas donner mon avis

Partager sur

Copier le lien

Copier