Des représentants du handicap pleinement impliqués dans la marque d’état Tourisme & Handicap

Créée au début des années 2000, la marque d’état Tourisme & Handicap ambitionne d’améliorer la qualité de l’offre touristique française pour tous. Anticipant la loi de 2005, l’un de ses objectifs est alors de répondre aux enjeux du vieillissement démographique et de faciliter l’accessibilité du plus grand nombre aux prestations touristiques.

Aujourd’hui, la marque compte près de 4 000 établissements labélisés, à partir d’une évaluation qui intègre des représentants d’associations œuvrant dans le champ de toutes grandes les familles du handicap et dont la coordination avec les professionnels du tourisme est assurée par l’Association Tourisme & Handicaps.

Que trouve-t-on derrière la marque Tourisme & Handicap ?

La marque concerne tous types de sites liés au tourisme, qu’il s’agisse des hébergements, de la restauration, des activités, des loisirs et bien sûr des offices de tourisme. Elle inclut les 4 grandes familles de handicap, à savoir les handicaps, auditif, moteur et visuel.

Elle compte aujourd’hui 4 000 établissements labelisés, qui ont accepté de se soumettre à une évaluation. En effet, « Le dispositif est le seul dont le référencement des établissements est établi sur la base d’une évaluation et non d’une simple déclaration. C’est une démarche volontaire et exigeante pour les professionnels. », précise Luc Thulliez chargé de mission Tourisme accessible au sein de la Direction générale des entreprises (DGE) du Ministère de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique. Ce dispositif garantit donc un haut niveau de qualité pour les usagers en situation de handicap.

Malheureusement, le nombre d’établissements labélisés est en baisse ces dernières années, puisque la marque en comptait quelques 5 500 en 2015. D’après Joris Dumazer, directeur de projet Tourisme pour tous à la DGE, cette baisse s’explique en partie du fait de la crise sanitaire, soit parce que certains établissements ont fermé, soit parce que les professionnels ont eu d’autres priorités que de renouveler leur label, pour assurer la poursuite de leur activité face à la crise. Le dispositif est, par ailleurs, faiblement médiatisé malgré les Trophées du Tourisme Accessibles qui permettent chaque année de valoriser les sites labellisés les plus exemplaires. La communication est principalement assurée par les partenaires associatifs de la marque. Annette Masson, présidente de l’Association Tourisme & Handicaps, principale plateforme de discussion entre les prestataires du tourisme et les représentants des touristes handicapés, regrette le manque de moyens accordés à ce dispositif pourtant ambitieux et pertinent dans sa conception.

Des établissements évalués par des représentants associatifs du handicap

« Malgré la loi de 2005 qui réaffirme le principe d’accessibilité généralisée quel que soit le handicap, notamment dans les établissements recevant du public, ou les transports publics, il y a encore beaucoup de projets qui se montent sans même demander l’avis des personnes en situation de handicap. », déplore Annette Masson.

Pourtant le dispositif Tourisme & Handicap, antérieur à la loi de 2005, avait déjà pleinement intégré la participation des usagers à son fonctionnement. En effet, l’évaluation indispensable à l’obtention de la marque est réalisée par un binôme d’évaluateurs, comprenant pour chaque binôme, un représentant professionnel du tourisme issu de la fédération ADN Tourisme, et un bénévole représentant d’associations œuvrant dans le champ du handicap et organisées au sein de l’Association Tourisme & Handicaps. Par ailleurs, c’est cette association qui forme les bénévoles intervenant dans le processus d’évaluation des établissements. Il y a ainsi généralement un binôme dans chaque département, ce qui représente un peu plus d’une centaine de bénévoles représentant les personnes en situation de handicap pour toutes les évaluations du territoire.

La formation des bénévoles pour devenir évaluateurs

Les futurs évaluateurs suivent une formation de 3 jours qui porte sur les 4 principales familles du handicap. « La vraie difficulté est de faire en sorte que les bénévoles ne représentent pas, lors des évaluations, uniquement leur propre handicap, qu’ils connaissent évidemment mieux. En outre, tous les bénévoles ne sont pas forcément en situation de handicap. Il peut également s’agir d’adhérents à des associations dans le champ du handicap qui ne sont pas eux-mêmes touchés (proches, sympathisants). », explique Annette Masson. Elle regrette que les bénévoles n’aient pas de prise en charge pour cette formation d’évaluateurs, contrairement aux professionnels du tourisme qui peuvent bénéficier de l’aide de leur fonds de formation professionnelle. La prise en charge des frais pédagogiques, de transports et d’hébergements des bénévoles peut être assurée sur les fonds propres de l’association Tourisme et Handicaps, avec l’aide de l’ANCV (agence nationale pour les chèques vacances). L’association négocie également avec les représentants locaux du tourisme (comité départemental ou régional du tourisme, ou offices du tourisme), afin qu’ils prennent en charge les frais de déplacements des bénévoles-évaluateurs.

Espérons que ce dispositif bien conçu et qui intègre la participation des usagers puisse enfin bénéficier d’un déploiement de moyens à la hauteur des besoins des personnes en situation de handicap qui ont toutes les peines du monde à se déplacer et profiter de loisirs et de vacances indispensables au bien-être de chacun. Rappelons que 12 millions de personnes en France sont en situation de handicap et que cette tendance augmente avec le vieillissement de la population.

1 commentaire

  • Nicolas dit :

    Super initiative, c’est vrai que partir en vacances au moins une fois par an, c’est important pour se ressourcer et pour les personnes en situation de handicap ce n’est pas toujours évident. D’ailleurs pour ceux qui veulent et qui peuvent, notamment les libéraux, n’hésitez pas à commander des chèques vacances ça reste un bon moyen d’économiser de l’argent pour partir en vacances grâce aux avantages fiscaux.

Laisser un commentaire public

Votre commentaire sera visible par tous. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier