TDAH – Ecole à la maison et retour à l’école

Pour les familles ayant un ou plusieurs enfants souffrant d’un trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), ces dernières semaines d’école à la maison, qui pour certains vont se poursuivre, ont été une parenthèse particulière, et pas toujours aussi difficile à vivre que l’on pourrait le croire. Pour un bon nombre d’entre elles, c’est d’ailleurs la reprise de l’école qui pourrait s’avérer plus complexe car les enfants avec un TDAH risquent de mettre un peu plus de temps que les autres à intégrer les nouvelles consignes et l’application des gestes barrières.

CERTAINS ENFANTS AVEC UN TDAH, FINALEMENT PLUS SEREINS EN CONFINEMENT

Les spécialistes du TDAH, que cela soit les bénévoles associatifs ou les professionnels de santé ont souvent eu des retours positifs sur les réactions des enfants souffrant de TDAH face au confinement. Selon Christine Getin, présidente de l’association HyperSupers, cela s’explique, en partie, du fait que, dans la vie de tous les jours, les professeurs ou camarades des enfants avec un TDAH, ne comprennent pas toujours leurs difficultés à intégrer les consignes ou à rester en place par exemple. De fait, les enfants souffrant de TDAH sont constamment soumis à des remarques, voire des reproches et en souffrent beaucoup. En confinement, ils se sentent souvent plus soulagés.

Frédérique, maman de 3 enfants dont 2 souffrant de TDAH, tous confinés en appartement à Paris explique : « Avant le confinement déjà, je commençais à remarquer que mon fils de 11 ans, qui souffre d’un trouble déficit de l’attention avec hyperactivité et troubles oppositionnels, voulait de moins en moins sortir. De fait, il s’est très bien adapté au confinement. Il a beaucoup ritualisé ses journées et de notre côté, nous avons lâché du lest sur le temps accordé aux jeux vidéos. C’est sa carotte après les devoirs et cela lui permet de ne pas tourner comme un lion de sa cage. ».

Pour le Pr Bonnot, Professeur de pédopsychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, assouplir les règles par rapport au temps passé devant les écrans peut d’ailleurs être souhaitable pour certains, pendant cette période exceptionnelle. Il précise, dans une conférence en ligne organisée par l’association HyperSupers – TDAH France, que c’est peut-être aussi l’occasion de jouer sur les écrans avec les enfants.

Il ajoute concernant le confinement pour les enfants souffrant de TDAH : « On a craint des situations difficiles et finalement, les retours en nombre ont été qu’il y avait du bonheur à se retrouver en famille ».

LE CAS DES ADOS  – FOCUS SUR LEUR SOMMEIL

Selon le docteur Lecendreux, psychiatre et pédopsychiatre, également présent à la conférence en ligne d’HyperSupers – TDAH France, le confinement est un peu plus difficile à vivre pour les adolescents, qui ont souvent besoin de davantage d’interactions sociales.

En outre, à l’adolescence, les jeunes ont tendance à facilement décaler leur cycle de sommeil et si l’on n’y prête pas attention, en période de confinement, cela peut vite devenir un problème, d’autant que le manque de sommeil peut augmenter l’agitation et les comportements d’opposition. Il conseille :

  • De maintenir des heures de coucher et de lever régulières pour éviter les retards de phase de sommeil qui pourraient être difficile à rattraper au moment du déconfinement.
  • De n’utiliser le lit que pour dormir (ni pour travailler, ni pour jouer)
  • D’éviter les écrans le soir
  • De sortir à la lumière du jour de façon quotidienne

L’ÉCOLE À LA MAISON AVEC UN ENFANT TDAH

Beaucoup de professionnels de santé et de l’enseignement s’accordent pour dire que, TDAH ou non, les objectifs scolaires proposés en confinement sont souvent irréalistes, non seulement pour les enfants mais aussi pour les parents qui doivent les suivre, surtout quand il y a plusieurs enfants à la maison et du télétravail à fournir. Même si l’ambiance a été bonne à la maison, selon Christine Getin, de nombreux parents ont été angoissés face au décrochage scolaire de leurs enfants avec un TDAH. Pour le Pr Bonnot et le Dr Lecendreux, il n’y a pas de quoi s’inquiéter car finalement, ce décrochage a eu lieu dans beaucoup de familles, qu’il y ait ou non des cas de TDAH, et qu’à la reprise des cours, tous les enfants repartiront finalement à peu près au même niveau qu’avant le confinement. Pour les enfants souffrant de TDAH, il est donc surtout important de maintenir un minimum de travail mais de diminuer la pression scolaire qui ne ferait que générer des conflits inutiles.

L’important est de rester positif, de mettre en place une dynamique de réussite et que les enfants gardent ou prennent confiance en eux.

Voici quelques conseils pour y parvenir et travailler au mieux, à la maison :

  • Se fixer des objectifs de travail réalisables : mieux vaut travailler moins, mais bien
  • Etablir des règles simples et les afficher à la maison
  • Repérer les moments de la journée où l’enfant est le plus attentif pour travailler
  • Découper les tâches longues en plusieurs tâches plus courtes
  • Être à l’écoute les uns des autres
  • S’accorder des moments de plaisir chaque jour

Retrouvez plein de conseils sur l’école à la maison et un guide des parents confinés sur le site d’HyperSupers – TDAH France.

 RETOUR À L’ÉCOLE ET GESTES BARRIÈRES 

Finalement, pour beaucoup de parents d’enfants avec un TDAH, le plus difficile à appréhender est l’apprentissage des gestes barrières pour le retour à l’école. Par définition, le trouble déficit de l’attention implique que les enfants qui en souffrent ont plus de mal à intégrer et appliquer les consignes qu’on leur donne. Christine Getin précise que le traitement médicamenteux aide beaucoup les enfants, qui mettront certainement quand même plus de temps à s’habituer à tous ces gestes. Elle explique : « Ce n’est jamais de la mauvaise volonté de la part des enfants avec un TDAH, mais ils sont facilement distraits, ont du mal à se concentrer sur le moment présent. L’apprentissage des gestes barrières permet d’illustrer la difficulté des enfants avec un TDAH par rapport à l’apprentissage des règles. En effet, souvent, les parents modifient les règles de vie, ou les règles scolaires, quand ils voient que leurs enfants avec un TDAH ne parviennent pas à les appliquer. La plupart du temps pourtant, les règles sont bonnes et elles ne sont pas à remettre en cause. Il faut juste tenir bon sur la durée. C’est bien le cas pour les gestes barrières. Il n’est pas question de les changer, il faudra juste être patient et les répéter avec bienveillance avant que ces gestes ne rentrent dans leurs habitudes. »

En prévision du retour à l’école, Frédérique, la maman des deux enfants parisiens avec un TDAH, a testé le port du masque pour ses fils lors d’une sortie en extérieur : « Ils ne l’ont pas gardé longtemps et malgré mes explications, le plus petit, qui a 7 ans, a touché la porte et la barre d’ascenseur au retour mais il faut bien commencer quelque part et de toute façon, ils ont quand même tous hâte de retourner à l’école pour voir leurs copains. ».

NOS ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

 

Photo by Jessica Lewis on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier