Quand l’entreprise s’engage pour les aidants

En France, les aidants familiaux, c’est à dire les personnes qui viennent en aide régulièrement à une personne de leur entourage en situation de dépendance, du fait de leur âge, d’une maladie ou d’une situation de handicap, seraient entre 8,3 millions* et 11 millions.

Ce dernier chiffre ressort du baromètre des aidants 2018** qui indique également que parmi eux, 52% sont actifs. Les estimations prédisent qu’en 2030, un actif sur 4 sera également aidant familial.

Cette situation est donc devenue un enjeu de société qui impacte forcément la vie professionnelle des aidants et nécessite que le monde du travail s’organise désormais pour les soutenir. Des mesures, comme le congé aidant ou le don de jours de repos à un salarié aidant, vont dans le sens d’un meilleur aménagement des conditions de travail des aidants.

Mais les entreprises, leurs décideurs, managers et salariés sont-ils prêts à s’emparer du sujet, à mettre en place et profiter de ces mesures ? Autant de questions que 66 Millions d’Impatients est allé posées à Jérôme du Bot, Responsable des enjeux sociétaux RH du Groupe Legrand, ainsi qu’à quelques uns des salariés aidants travaillant dans l’entreprise.

Anticiper les enjeux sociétaux sur les aidants en entreprise

Le groupe français Legrand, spécialiste mondial des infrastructures électriques et numériques du bâtiment, dont le siège est situé à Limoges, compte 36 000 collaborateurs dans le monde, dont 5000 basés en France. Pour l’instant, ce n’est qu’à l’échelle de l’hexagone que la question sur la mise en place d’un dispositif dédié aux aidants a été soulevée.

« Nous lançons en interne une démarche globale de découverte du sujet des aidants, de sensibilisation des managers à cette problématique et avons l’ambition de faire passer le message aux salariés du groupe, que ce sujet n’était pas tabou et qu’ils doivent pouvoir l’aborder sereinement dans leur service s’ils sont confrontés au problème. », commente Jérôme du Bot.

C’est en travaillant sur les enjeux sociétaux que l’entreprise a anticipé qu’avec le vieillissement de la population, de plus en plus de salariés ont déjà été, sont ou seront tôt ou tard, directement ou indirectement touchés par ce sujet de la dépendance d’un proche. Afin de permettre aux salariés de travailler dans les meilleures conditions s’ils font face à une telle situation, le groupe considère « qu’il est important de faciliter la vie des aidants salariés, pour qu’ils soient le moins perturbés possible lorsqu’ils viennent travailler. », ajoute le responsable des enjeux sociétaux de Legrand.

Conférences et groupe de travail pour les aidants

Pour s’engager sur cette voie, l’entreprise a organisé au siège social, une conférence sur le thème : « Qu’est-ce qu’un aidant, quelles sont ses difficultés et à qui s’adresser pour obtenir de l’aide ou des informations ».

Cette conférence est la conséquence d’un constat au sein des ressources humaines, que l’écosystème auquel se retrouve confrontée une personne aidante s’apparente à un vrai marasme et que les salariés qui font face à cette situation sont souvent perdus. Cette conférence a permis d’une part de démystifier le sujet et également révélé l’importance que les salariés accordaient à cette problématique. À l’issue de cet événement, un groupe de travail composé en particulier de salariés aidants a été réuni. Il leur a été demandé de s’exprimer sur ce que l’entreprise pourrait faire pour eux. Un certain nombre de besoins d’informations et de formations ont alors émergé et Legrand a alors entrepris de créer, à titre expérimental, un parcours de formation d’une douzaine d’heures, à destination d’une dizaine de salariés aidants. Les thèmes abordés durant la formation, dispensée avec l’aide d’un partenaire, étaient par exemple :

  • Savoir à qui s’adresser quand on est confronté à la situation d’aidant,
  • Sensibiliser les aidants à prendre aussi soin d’eux-mêmes,
  • Comment appréhender la relation avec la personne aidée,
  • Connaître les aspects juridiques liés à la dépendance comme la tutelle et la curatelle,
  • Etc.

« Les formations ont eu lieu alors que je me posais certaines questions pour aider ma maman à se maintenir avec le plus d’autonomie possible chez elle, où elle désire rester vivre seule depuis la mort de mon père, et malgré divers soucis de santé qui me motivent à passer la voir, tous les jours, durant au moins une heure. Lors des formations, j’ai découvert qu’elle pouvait bénéficier de certains dispositifs, comme des aides à domicile, et qu’il valait mieux constituer les dossiers de demande d’aide en amont, avant qu’une éventuelle dépendance plus sérieuse ne s’installe. J’ai donc effectué les démarches nécessaires qui ont d’ores et déjà abouti. J’ai également tout particulièrement apprécié l’intervention, lors de la formation, d’une psychologue qui nous a aidés à appréhender la relation aidant-aidé, car en tant qu’aidant, on a tendance à négliger ses propres besoins. Je sens que dans notre entreprise, nos supérieurs hiérarchiques sont à l’écoute et compréhensifs par rapport aux heures que les aidants doivent consacrer à des proches. On ne me fera aucun reproche si je dois partir en urgence m’occuper de ma mère et j’ai pu organiser mon travail de sorte que je puisse le quitter chaque soir à la même heure pour passer la voir. Sincèrement, je trouve que Legrand a fait un grand pas sur le sujet et je vois bien en en discutant autour de moi que mes amis n’ont pas cette même chance dans d’autres entreprises. » raconte Christophe, 56 ans, salarié chez Legrand depuis 1986.

Au vu de la satisfaction de ses participants, ce parcours de formation testé au siège à Limoges, devrait être déployé sur d’autres entités françaises du groupe, dans les mois qui viennent. En parallèle, l’entreprise a également organisé une réunion de sensibilisation concernant les aidants, dédiée à ses représentants du personnel sur l’ensemble de la France, afin qu’ils se fassent le relai des dispositifs imaginés pour les aidants.

Mise en place du don de jours de repos

Enfin, dans le cadre des mesures législatives sur le don de jours de repos à céder à des salariés aidants, le Groupe Legrand prépare la négociation d’un accord. L’idée serait de créer une sorte de caisse de solidarité dans laquelle les salariés peuvent faire don de jours de congés au profit de salariés aidants ayant besoin de s’absenter et n’ayant plus de jours disponibles. L’entreprise devrait elle-même certainement « verser » des jours dans cette cagnotte solidaire. Un tel dispositif de don de jours est déjà existant chez Legrand depuis 3 ou 4 ans pour les parents d’enfants gravement malades, ainsi que la loi le propose. Lors de ces négociations avec les partenaires sociaux, qui devraient se conclure au 1er trimestre 2020, d’autres thématiques pourraient être mises sur la table en faveur des aidants.

« L’enjeu et l’objectif que nous nous sommes fixés sont que nos salariés ne craignent pas d’évoquer sur leur lieu de travail qu’ils sont aidants et qu’ils sentent de la part de l’entreprise, des managers et de leurs collègues, de la compréhension et du soutien. Nous avons l’ambition que les salariés qui seraient peu enclins à aider leurs collègues en estimant qu’ils ne sont peut-être plus assez présents ou efficaces, prennent un jour conscience, que si jusqu’à présent ils ont été épargnés par un tel parcours de vie, cela peut les toucher à tout moment. Parfois, on ne peut tout simplement pas laisser sa vie privée à la porte de l’entreprise. », conclue Jérôme du Bot.

L’avis de France Assos Santé sur la loi sur le don de jours de congés aux aidants et aux parents d’enfants gravement malade

Il est dommage dans ce contexte, que le soutien aux aidants soit porté par les salariés. Ce soutien, pour indemniser les jours de congés supplémentaires nécessaires aux aidants, devrait émaner de la collectivité, de la solidarité nationale et non individuelle. En outre, ce système pénalise les plus généreux des salariés qui n’ont pas moins besoin de repos que les autres, même si la loi prévoit que les salariés ne puissent donner de jours de congés qu’au-delà des 4 premières semaines de congés payés annuels.

* Chiffres issus de l’enquête Handicap-Santé-Ménages menée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) en 2008.

** Le baromètre des aidants 2018 résulte d’un sondage BVA pour la Fondation APRIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier