Mois sans tabac : prend-on forcément du poids quand on arrête de fumer ?

Le mois sans tabac continue et pour ceux qui désirent arrêter, la crainte de prendre du poids à l’arrêt du tabac peut s’avérer être un obstacle à ne pas négliger. Pourtant la prise de poids quand on stoppe la consommation de cigarettes n’est pas systématique !

D’après le docteur Nathalie Wirth, médecin spécialisée en addictologie au centre hospitalier universitaire régional de Nancy, un fumeur sur trois qui arrête la cigarette ne grossit pas, un autre tiers prend 3 à 4 kilos, enfin un dernier tiers peut prendre une dizaine de kilos. Parmi les craintes évoquées par les fumeurs à l’idée d’arrêter de fumer, comme la peur d’être en manque ou d’être irritable, celle de la prise de poids est souvent mentionnée. Cela vaut donc souvent la peine de se faire accompagner par un spécialiste en tabacologie qui saura anticiper ces points et augmenter les chances de réussite de ses patients d’arrêter de fumer.

Pour démêler les idées reçues des vérités scientifiques, le docteur Wirth a donc répondu à quelques unes de nos questions concernant la prise de poids et l’arrêt du tabac.

INTERVIEW DU DOCTEUR NATHALIE WIRTH, MÉDECIN SPÉCIALISTE EN ADDICTOLOGIE AU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE RÉGIONAL DE NANCY.  

66 Millions d’Impatients : pourquoi les substituts nicotiniques peuvent-ils permettre d’éviter de prendre du poids à l’arrêt du tabac ? 

Docteur Nathalie Wirth : L’un des signes éventuels du manque de nicotine, outre la nervosité, l’anxiété, les problèmes de sommeil, de concentration, etc. sont les fringales ! Par conséquent, les fumeurs dépendants qui arrêtent sans recours à un traitement médical, comme les substituts nicotiniques ou la varénicline, s’exposent à avoir plus envie de manger que d’habitude.

Les personnes qui prennent beaucoup de poids en arrêtant la cigarette ont-ils un profil particulier ?

Docteur Nathalie Wirth : Les fumeurs qui prennent beaucoup de poids à l’arrêt de la cigarette, soit ne prennent pas de traitements, soit commettent des erreurs sur le plan alimentaire, et souvent il s’agit de personnes qui étaient déjà en surpoids et n’avaient pas les bonnes habitudes en matière d’équilibre nutritionnel. Il suffit alors de corriger ce qui ne va pas, avec l’aide d’un nutritionniste si besoin, pour stopper la prise de poids, voire perdre les kilos déjà pris.

Extrait du témoignage de Marie, 43 ans, Paris, à retrouver en intégralité ici

« Rien n’a réussi à me démotiver, même le fait d’avoir pris beaucoup de poids. Les deux premiers mois de sevrage, ma silhouette n’a pas changé, mais les 2 ou 3 mois qui ont suivi, j’ai pris 8 kilos. »

La nicotine a t-elle un effet coupe-faim ?

Docteur Nathalie Wirth : La nicotine a un effet anorexigène, c’est à dire qu’elle diminue l’appétit. En outre, comme elle atténue le goût et l’odorat, sa consommation peut avoir pour conséquence que l’on ressent moins de plaisir à manger. À l’inverse, lorsque l’on réactive ces deux sens un peu endormis en arrêtant la cigarette, on peut aussi retrouver l’envie de déguster de bons petits plats, et pour peu que l’on fasse partie des personnes chez qui l’arrêt du tabac provoque des fringales, on risque de prendre sérieusement du poids.

Fumer fait-il maigrir ?

Docteur Nathalie Wirth : Le fait de fumer augmente le métabolisme basal, et un fumeur fait en général toujours 2 à 3 kilos de moins que son poids de base. L’action de la nicotine a effectivement pour conséquence que les fumeurs brûlent plus de calories que les non-fumeurs. Il est donc finalement assez normal de reprendre quelques kilos quand on arrête de fumer, même si l’on ne mange pas plus qu’avant.

Est-ce que se mettre au sport est une bonne manière de ne pas prendre de poids à l’arrêt du tabac ?

Docteur Nathalie Wirth : L’arrêt du tabac est souvent l’occasion d’améliorer son hygiène de vie sur différents plans. C’est un moment idéal pour reprendre une activité physique si l’on a perdu cette habitude, qui peut effectivement aider, au-delà d’une bonne alimentation, à ne pas prendre de poids.

Il vaut mieux choisir de reprendre le sport avec une activité qui procure du plaisir. L’arrêt du tabac est déjà vécu comme une contrainte, ce n’est pas utile de s’en imposer d’autres. La recherche de performance est loin d’être une obligation, aller marcher régulièrement dans la semaine peut suffire.

Extrait du témoignage de Yohan, 39 ans, Paris, à retrouver en intégralité ici

« Le soir, en rentrant du travail, j’allais courir à chaque fois que j’avais envie d’une cigarette. J’étais alors un coureur occasionnel, par conséquent, je suis devenu un coureur régulier, voire très régulier puisque je courais 5 à 6 soirs par semaine. Je n’ai pas pris cette habitude par peur de prendre du poids, je ressentais surtout que cela me mettait dans un état physiologique où je n’avais plus envie de fumer. Mes alvéoles pulmonaires étaient ouvertes, mon rythme cardiaque s’élevait… En rentrant à la maison, j’avais surtout envie de boire de l’eau, de ne pas trop manger et le principal, c’est que je n’avais pas envie de fumer. Je n’ai pas pris un gramme en arrêtant de fumer. »

Prendre du poids peut-il être un facteur de rechute ?

Docteur Nathalie Wirth : Il arrive que des fumeurs en sevrage qui prennent du poids ne se sentent pas bien physiquement et fassent une rechute en espérant qu’ils reperdront le poids qu’ils ont pris. C’est pourquoi le sujet de la prise de poids est abordé dès la première consultation avec un médecin, quand le fumeur préfère être accompagné durant son parcours d’arrêt de la cigarette. Cependant, il faut savoir que les rechutes font partie du processus de sevrage. Il se peut qu’il y ait plusieurs rechutes avant de parvenir à arrêter durablement, voire définitivement de fumer.

Est-ce une bonne stratégie de perdre du poids avant d’arrêter la cigarette ?

Docteur Nathalie Wirth : Pas vraiment, car cela retarde l’arrêt du tabac, or il n’y a aucune raison de ne pas essayer de se sevrer, dès lors que l’on en ressent, la motivation, l’envie ou le besoin. Cela vaut d’autant moins la peine d’attendre que la prise de poids ne concerne pas tous les fumeurs qui arrêtent de fumer. Par ailleurs, si le fumeur à l’arrêt de la cigarette prend du poids, et s’il est suivi par un professionnel de santé spécialisé, ce dernier pourra étudier à quoi cela est dû et réorienter  rapidement son patient vers un nutritionniste le cas échéant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier