Bricolage et exposition chimique : dangers pour les femmes enceintes et les enfants

Comme il est tentant, durant les mois qui précèdent l’arrivée d’un bébé, de faire des travaux, ne serait-ce qu’un peu de décoration, pour l’accueillir dans une belle chambre ! Mesdames, posez pinceaux et marteaux et éloignez-vous des pots de peinture, car rares sont les travaux qui ne vous exposent pas à des substances chimiques dangereuses pour l’enfant à naître.

Peintures fraiches, vernis, parquets, moquettes, colles pour les poser, poussières diverses, produits nettoyants, décapants, et même mobilier neuf… Tout est potentiellement dangereux pour le bébé à naître et pour les tout-petits qui s’installent dans des chambres nouvellement refaites, à cause du contact direct avec des polluants chimiques ou leurs émanations.

 Rappelons en effet que :

  • La barrière du placenta ne suffit pas à préserver les bébés à naître dans le ventre de leur maman de la pollution chimique ;
  • Si une maman elle-même exposée à des contaminants chimiques allaite son enfant, ces contaminants peuvent passer à travers le lait maternel ;
  • La vie intra-utérine et les premières années de vie du nourrisson et du petit enfant sont des périodes de développement déterminantes et des expositions à des produits nocifs ou à des perturbateurs endocriniens peuvent nuire à leur santé (accouchements prématurés, malformations, troubles du développement, des apprentissages, etc.)

Attention aux poussières et émanations dans le reste de la maison

Si vous faites des travaux dans une maison où vivent une femme enceinte ou des enfants petits, il est important qu’ils ne soient pas exposés aux poussières dues par exemple à des ponçages, car certaines peintures peuvent contenir du plomb. Il faut également les tenir loin des émanations des produits chimiques comme des peintures, colles, solvants, vernis, vitrifiants, cires, décapants, diluants, laques, etc.

Pour l’éviter :

  • Reboucher bien toutes les bouteilles et pots de produits de bricolage et tenez-les hors de portée de enfants.
  • Si seules quelques pièces de l’habitation sont en travaux, faites en sorte qu’elles soient fermées le plus hermétiquement possible.
  • Aérez votre habitation le plus possible pendant les travaux et même durant plusieurs semaines après les travaux.
  • Si vous êtes enceinte et décidez malgré tout de faire un peu de bricolage, portez un masque, des gants, des lunettes de protection.
  • Gare à l’aspirateur qui rejette quand même de très fines poussières potentiellement toxiques. Préférez des serpillières mouillées pour ramasser les peintures grattées.

Choisissez les produits et matériaux les moins toxiques du marché

Les femmes enceintes et les jeunes enfants doivent également être tenus éloignés de produits et matériaux de bricolage qui peuvent dégager des substances invisibles, inodores mais hautement toxiques comme les fameux composés organiques volatils (COV).

Vérifiez tout d’abord l’éventuelle toxicité des produits que vous utilisez grâce aux symboles indiqués sur les produits :

Pictogrammes étiquettes des produits dangereux

En outre, depuis le mois de septembre 2013, le décret n°2011-321 relatif à l’étiquetage sur les émissions de polluants volatils des produits de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis, a rendu obligatoire pour tous les produits de construction à destination, exclusive ou non, de l’usage intérieur, vendus en France, l’apposition d’une étiquette qui permet d’évaluer les performances des produits en termes d’émissions de COV dans l’air intérieur mesurées 28 jours après leur pose, application ou incorporation dans une pièce.

Etiquette émissions dans l'air intérieur

Les COV ou composés organiques volatils, ainsi que leur nom l’indique, sont des substances volatiles qui se répandent très facilement dans l’environnement et peuvent ainsi directement nuire à notre santé. Les plus connus sont le butane, le toluène, l’éthanol, l’acétone, le benzène ou encore le formaldéhyde (lire notre article sur le formaldéhyde). Ils sont tout particulièrement présents dans les solvants, dégraissants, agents de nettoyage, peintures, encres, etc., et les plus nocifs, comme le benzène, sont classés CMR (cancérogène, mutagène et reprotoxique).

Quels peintures, vernis ou papiers-peints choisir ?

  • Choisir des peintures ou lasures à l’eau (surtout pas celles diluables avec des solvants de type White spirit)
  • Choisir des peintures et des colles pour papier-peint à faible teneur en composés organiques volatils (vérifier l’étiquetage sur les COV)
  • Préférer un papier-peint ingrain, éventuellement intissé sans vinyle plutôt qu’un papier-peint vinyle ou expansé. Certains papier-peints contiennent en effet du formaldéhyde et ceux qui sont lavables sont évidemment pratiques mais ils contiennent souvent des phtalates (perturbateur endocrinien) qui peuvent se retrouver dans les poussières de la maison.
  • Privilégier des tapisseries imprimées avec des encres à l’eau
  • Privilégier les produits labellisés comme l’écolabel européen ou le NF environnement

Et pour les sols ?

Les composés organiques volatils que peuvent dégager les matériaux et colles utilisés pour les sols sont dangereux pour le bébé à naître en cas de grossesse, et les tout petits enfants y sont d’autant plus exposés qu’ils passent beaucoup de temps par terre.

  • Choisir des revêtements en carrelage, linoleum naturel ou en caoutchouc plutôt qu’en PVC car ces derniers peuvent contenir des phtalates (perturbateur endocrinien).
  • Préférer des parquets massifs non traités et sans vernis plutôt que du parquet contrecollé ou stratifié qui contient des colles et peut dégager notamment du formaldéhyde.
  • Opter pour une moquette végétale non traitée en jonc de mer, en sisal ou en coco ou en fibre naturelle (toujours non traitée) comme le coton ou la laine, évitez les moquettes synthétiques. Les moquettes contiennent souvent des phtalates (perturbateur endocrinien) et sont souvent traitées avec des retardateurs de flamme ou des produits anti-tâches, anti-bactérien, anti-acariens, etc. qui comportent des polluants chimiques.
  • Sélectionner avec attention les colles que vous choisissez pour poser vos sols en surveillant leur teneur en COV et, si possible, préférer une pose tendue.

Meubles et décorations diverses…

  • Privilégier les meubles en matière brute, comme le bois naturel non traité, le métal, le verre, l’osier, etc., ou opter pour des meubles de récupération (brocante, antiquaire) qui auront déjà largué les éventuels composés organiques volatils (COV) qu’ils peuvent contenir. En effet, les meubles en contreplaqué, peints, vernis ou traités de façons diverses peuvent contenir beaucoup de composés organiques volatils et notamment du formaldéhyde, classé comme « cancérogène certain » par le Centre international de Recherche contre le Cancer. Si vous devez en acheter, sortez-le de son emballage et stockez-le dans une pièce bien aérée plusieurs semaines avant de la placer dans la chambre d’un enfant ou d’une femme enceinte.
  • Pour vos rideaux, coussins, draps, etc., choisir des tissus naturels non traités car les traitements anti-tâches, anti-acariens, anti-UV, etc. contiennent des polluants chimiques.

Retrouvez notre série d’articles dans notre article introductif au DOSSIER :
Femmes enceintes et enfants en danger face aux produits chimiques du quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier