Quizz santé des fêtes de fin d'année

Le quizz santé des fêtes

Florilège de questions santé susceptibles de se poser aux fêtards pendant la période de Noël… avec, bien sûr, les réponses qui vont avec !

Manger des huîtres peut (gravement) nuire à la santé

Vrai

Chez les insuffisants cardiaques, la consommation de ce fruit de mer, très appréciée durant les fêtes, peut générer un œdème aigu du poumon qui se traduit par une gêne respiratoire (sensation de noyade). En cause, le sel contenu dans les huîtres qui une fois ingéré provoque une augmentation du volume sanguin du fait d’un apport supplémentaire d’eau qui vise à maintenir constante la concentration en sel dans le sang (à le diluer en quelque sorte). Conséquence : une surcharge de travail pour le cœur que les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque ne sont précisément pas en mesure de fournir. Il en résulte une accumulation de sang au niveau des vaisseaux pulmonaires puis une diffusion dans les alvéoles pulmonaires, normalement remplies d'air. Un tel événement relève de l’urgence vitale et nécessite de faire intervenir un médecin le plus rapidement possible. L'insuffisance cardiaque concerne 5 à 6% de la population française, en très grande majorité chez les plus de 65 ans, rapportent nos confrères du Figaro. « Elle conduit chaque année à l'hospitalisation de plus de 140.000 personnes, les services hospitaliers enregistrant un véritable pic durant les fêtes de fin d'année ».

En cas d’ébriété, un antidouleur avant de s’endormir permet de se réveiller plus en forme

Faux

L’action du médicament ayant lieu durant le sommeil du fêtard, celui-ci ne retirera aucun bénéfice à prendre un antidouleur avant de se coucher. Si vous avez mal à la tête au réveil, c’est précisément à ce moment là qu’il convient de prendre un médicament. Privilégiez le paracétamol : l'ibuprofène ou l'aspirine risquent en effet de provoquer des brûlures d'estomac ou des reflux acides, plus particulièrement lorsqu'ils sont associés à l'alcool. Pour éviter « la gueule de bois » le mieux est encore de modérer sa consommation ou d’alterner la prise d’alcool avec de l’eau et d’en consommer (de l’eau !) avant de se coucher ainsi que dans les heures suivant le réveil. De fait, c’est l’action déshydratante de l’alcool qui provoque le mal de tête. Pour minimiser cet effet, on conseille par ailleurs d’éviter le café et le thé qui sont également facteurs de déshydratation. A éviter donc, au réveil. Dans le dépliant Alcool, vous en savez quoi ?, l’Institut national de prévention et d’éducation en santé (Inpes) indique : « seul le temps permet d’éliminer l’alcool et il n’existe aucune potion miracle. L’alcoolémie commence à baisser 1 h après le dernier verre et il faut compter environ 1h30 pour éliminer chaque verre d’alcool ».

On compte de plus en plus d’accidents liés à la pratique d’un sport d’hiver

Vrai

Pour la saison 2012-2013, l’incidence du risque lié à la pratique d’un sport d’hiver (ski, snowboard, etc.) a atteint 2,64 blessés pour 1 000 Journées Skieur selon l’Association Médecins de Montagne. « Comparé aux autres années, ce taux correspond à une fourchette haute de l'incidence du risque ». Durant cette saison, l’association a dénombré 150 000 accidents (pour 8 millions de skieurs recensés sur les pistes françaises). Les entorses du genou constituent l’accident le plus fréquent (près d’un accident sur trois, ce taux grimpe à plus de 50 % chez les femmes de plus de 15 ans), loin devant les lésions de l’épaule (14,5% des événements) ou du thorax (11% des événements). Le profil d’accidentologie est variable selon le sport de glisse. Si les entorses au genou affectent plus particulièrement les skieurs, les snowborders quant à eux sont plus fréquemment exposés aux fractures du poignet. Chez les moins de 16 ans, elles représentent la moitié des diagnostics. L’association invite les jeunes gens à se prémunir de ce risque en portant des protections adaptées au poignet. « Le tiers des blessures à la tête, dont les traumatismes crâniens, ont été occasionnées lors de collisions, rapporte également Médecins de Montagne. Ces collisions représentent 11% des accidents sur les pistes ». Le port du casque est une pratique quasi généralisée chez les jeunes enfants mais les adultes sont encore trop peu nombreux à l’avoir adoptée (seulement 44% d’entre eux). Avis aux intéressés…

La nuit, durant les fêtes de Noël, on peut se rendre directement à la pharmacie de garde

Faux

Dans de nombreuses communes, les pharmacies de garde ne sont accessibles durant la nuit qu’en passant par la case commissariat et à condition d’avoir une prescription médicale. C’est au commissariat que le patient se verra indiquer les coordonnées des officines de garde. Le principe étant évidemment de préserver la sécurité des professionnels de santé. En journée (le dimanche ou les jours fériés) ainsi qu’en période pré-nocturne (de 19h00 à 22h00) dans certaines communes, les coordonnées des pharmacies peuvent être obtenues en se rendant sur le site dédié de  la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) ou en composant le 3237 (34 centimes d’euros la minute). Ce service ne couvre pas l’ensemble du territoire. Dans certains départements, c’est le 3915 (45 centimes d’euros la minute) qu’il convient de composer. « Le Code de la Santé publique impose par ailleurs aux pharmaciens d’indiquer dans la vitrine de leur pharmacie les coordonnées de leurs confrères assurant la garde, écrivions-nous dans un dossier consacré à la permanence des soins. Dans les bassins où le passage par la case commissariat a été décidé, la nuit en zone urbaine notamment, cette obligation tombe ». Ce dossier renseigne également sur l’accès aux autres professionnels de santé (médecins et dentistes) hors des périodes ouvrables. A consulter sans modération.

Le jeûne après les fêtes ? Quelle bonne idée pour éliminer de l’organisme les toxines accumulées pendant les fêtes

Faux

Le jeûne se pratique seul à la maison, voire dans un centre spécialisé sous la houlette d’un médecin ou d’un naturopathe. Particulièrement prisées après la période des fêtes, dont on sait qu’elles sont l’occasion de nombreux excès alimentaires, ces cures de jeûne visent pour certains à détoxifier l’organisme, pour d’autres à perdre les éventuels kilos pris en trop. En France, le jeûne au sens strict du terme n’est pas réellement pratiqué. On parle plutôt de ralentissement alimentaire. Objectif : diminuer la ration journalière de 2500 kcal par jour à quelque 1000 kcal en bannissant les graisses et l’excès de protéines et en privilégiant les fruits et les légumes. Chez les adultes en bonne santé, ce régime peut être suivi jusqu’à une petite semaine et permettrait de désengorger l’organisme de ses toxines accumulées à l’occasion de repas trop riches, assurent les promoteurs de cette pratique. Il n’existe néanmoins aucune étude scientifique prouvant les bienfaits du jeûne. L’élimination des déchets, comprendre en fait des produits de dégradation des protéines notamment, est une fonction naturellement assurée par les reins. Rappelons également qu’une prise de poids durable s’étale sur des périodes bien plus longues que le temps des fêtes. Autrement dit, goinfrez vous si vous voulez, tant que vous revenez à une alimentation normale par la suite, les choses rentreront rapidement dans l’ordre. Si on ne peut affirmer que le jeûne est bénéfique, ses effets néfastes sont en revanche bien connus. Au-delà de 24 heures, l’organisme commence à puiser d’abord dans ses graisses puis, plus problématique, dans ses protéines. D’où une diminution de la masse musculaire. Contrairement à la croyance populaire, le jeûne favorise donc le « déstockage de protéines » et par là-même augmente la quantité des produits de leur dégradation, ces fameuses « toxines ». C’est pourquoi, il est strictement contre-indiqué pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale. Tout comme il l’est chez chez les diabétiques ou encore les enfants. Si vous y tenez vraiment, rien toutefois ne vous empêche d’essayer. À condition, donc, d’être en bonne santé, de ne pas stopper totalement de vous alimenter et enfin de ne pas prolonger le jeûne plus de quelques jours. 

Laisser un commentaire public

Votre commentaire sera visible par tous. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier