Livre Le charme discret de l'intestin

L’intestin sous toutes ses coutures

Jeune médecin en devenir, Giulia Enders a publié l’année dernière en Allemagne un ouvrage sur l’intestin et son fonctionnement qui a fait grand bruit. Disponible en France depuis avril, ce livre intitulé Le charme discret de l’intestin se vend déjà comme des petits pains.

Elle s’appelle Giulia Enders, elle a 25 ans et termine des études en médecine outre-Rhin. Son dada : l’intestin. En avril 2014 elle a publié un livre sur le sujet* qui a connu un succès retentissant. Plus d’un million d’exemplaires se sont déjà écoulés rien qu’en Allemagne. En France, ce nombre était de plus de 150 000 selon les dernières estimations de la maison d’édition qui distribue l’ouvrage dans l’Hexagone depuis avril dernier.

L’auteure du Charme discret de l’intestin en convient pourtant elle-même : « La plupart d’entre nous pense que [l’intestin] n’est bon qu’à se vider. Le reste du temps il feignante sans doute, pendouille inutilement dans le ventre et lâche peut-être un pet de temps à autres. Compétences particulières ? Aucune, à ce qu’on croit savoir. Il faut le dire, nous le sous-estimons et, pour être franc, il nous fait même honte. L’intestin, ça craint ».

La digestion à la loupe

Le ton enjoué et plein d’humour, Giulia Enders déroule une écriture enlevée et livre, grâce à ses talents de vulgarisatrices, un ouvrage unique qui s’appuie sur les plus récents travaux scientifiques. Au menu, une plongée captivante au sein de notre système digestif dont elle détaille le fonctionnement depuis l’ingestion jusqu’à l’excrétion. 

« On peut améliorer tellement de choses dans notre vie quand on comprend comment fonctionne notre intestin », déclarait l’auteure il y a quelques jours dans les colonnes du quotidien montréalais La Presse.

On apprendra par exemple à la lecture de cet ouvrage, « l’art du bien chier en quelques leçons », pourquoi il est vivement déconseillé de grignoter entre les repas ou encore hautement préférable, compte tenu du mécanisme d’absorption des graisses, d’utiliser de l’huile d’olive pour préparer sa vinaigrette.

Le rôle méconnu de l’intestin

Ce livre est aussi l’occasion pour le lecteur de découvrir de quelle manière l’organe pourrait être impliqué dans la survenue de troubles où on ne l’attend pas forcément. Surpoids, dépression, diabètes, maladies de peau… et si tout se jouait dans l’intestin ? questionne Giulia Enders. L’état de notre moral en premier lieu serait clairement corrélé à celui de notre bien-être intestinal.

Pour l’auteure, nous attribuons beaucoup trop de responsabilités à notre cerveau. « Notre moi est plus que cela. Sur ce sujet, c’est justement notre intestin qui nous fait la leçon (…). Il faut dire que les nerfs de l’intestin, comparés à ceux du reste du corps, ont de quoi impressionner – tant par leur nombre que par leur singularité. Quel organisme irait donc constituer un tel réseau de nerfs pour gérer un banal tuyau péteur ? ».

De fait, l’intestin et le cerveau maintiennent d’étroites connections via le nerf vague. « Ce nerf c’est un peu une ligne de téléphone qui relie l’intestin à la centrale cérébrale et lui permet de rendre compte de ses impressions ». Et quand elles sont mauvaises, notre santé est susceptible de substantiellement en pâtir.

Les scientifiques de plus en plus curieux

Giulia Enders rapporte ainsi les résultats d’une étude menée en 2011 auprès de souris dont la moitié a bénéficié d’une alimentation enrichie en lactobacille, une bactérie connue pour ses effets bénéfiques sur la digestion. Résultats : les rongeurs à l’intestin boosté présentent une moindre prédisposition à la dépression et leur sang affiche un taux moins élevé d’hormones associées au stress. « En outre, dans les tests de mémoire et d’apprentissage, elles étaient plus performantes que leurs congénères ».

La nature des liens entre le cerveau et l’intestin reste évidemment à préciser. Ça tombe bien, les travaux sur le sujet mobilisent de plus en plus d’équipes de chercheurs. L’état des connaissances que dresse Giulia Enders lui permet néanmoins de fournir quantité de conseils pratiques pour une digestion réussie. Les flippés du transit auraient tort de passer à côté…

* Le charme discret de l’intestin, Actes Sud, avril 2015, 352 pages, 21,80 €

Laisser un commentaire public

Votre commentaire sera visible par tous. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier