Sanofi : l’intolérable chantage

Paul Hudson, le directeur général du laboratoire français Sanofi, a annoncé hier que le gouvernement américain aura « le droit aux plus grosses précommandes » si le laboratoire trouve un vaccin contre la COVID-19. En effet, les Etats-Unis contribueraient largement au financement, sur fonds publics, de la R&D menée par Sanofi dans ce domaine. Un couteau sous la gorge inacceptable.

Qui sera le plus offrant ?

Il s’agit ici ni plus ni moins d’un chantage économique. On rappelle qu’en France, le crédit impôt recherche s’élève pour Sanofi à au moins 1,5 milliards d’euros sur dix ans, sans conditions de transparence, de prix ou d’accès. Aucune contrepartie officielle n’est connue.

Il est donc urgent de fixer, au niveau international comme en France, les conditions des financements publics pour la recherche et le développement, et d’assurer une indispensable transparence. Nos associations le martèlent depuis plusieurs années : l’inégalité d’accès aux traitements, dont l’efficacité aura été démontrée contre la COVID-19, est non seulement intolérable, mais aussi inefficace : l’histoire prouve que la lutte contre les épidémies n’est possible que si une découverte constituant une réelle avancée est disponible pour toutes et tous.  Confronté à un risque inédit de pandémie mondiale, la concurrence entre États et la course à la maximisation des profits n’ont pas leur place.

Emmanuel Macron l’a rappelé, tout vaccin efficace contre la COVID-19 devra avoir le statut de “bien public mondial”. Il faut maintenant prendre des mesures concrètes pour que ce vœux pieux se transforme en réalité.

 

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier