Pénuries de médicaments : le choix de l’inaction – L’assemblée nationale rejette une proposition sénatoriale

Ce mardi 24 novembre  l’assemblée nationale a rejeté une importante mesure proposée par le Sénat visant à établir une obligation de stock de sécurité de quatre mois de couverture des besoins pour les médicaments à intérêt thérapeutique majeur.

Les pénuries de médicaments montrent une dynamique exponentielle, les enquêtes (1),  dévoilant les conséquences pour les personnes malades s’accumulent, la majorité des Députés fait pourtant délibérément le choix de la passivité et de l’inaction.

Le vote a fait l’objet d’un scrutin public, retrouvez ici le détail des votes

81 Députés et Députées se sont donc exprimés pour la suppression de cette mesure proposée par le sénat, nous leur rappellerons cette responsabilité.

Une mission sénatoriale mentionnait en 2018 une moyenne des pénuries de médicaments de 14 semaines. La constitution de stocks de médicaments est désormais vitale.

Il n’existe aucun argument tangible pour s’opposer à la constitution d’un stock de médicaments de 4 mois de couverture des besoins pour les médicaments à intérêt thérapeutique majeur (notre communiqué)

On s’interroge.  

1Enquête exclusive BVA-France –Assos Santé, janvier 2019
Etude  la Ligue contre le cancer , septembre 2020
Etude de UFC Que choisir,  novembre 2020
Logo Santé Info Droits

 

Participez à cette étude unique pour faire entendre la voix des patient.e.s et des usagers de santé !

Partager sur

Copier le lien

Copier