Epernay : Le Dry January interdit par le conseil municipal !

Il vaut mieux en rire. À Epernay, ville du sacrosaint champagne, l’opération Dry January est désormais considérée comme un vulgaire trouble à l’ordre public. Le maire vient en effet de faire voter un texte en conseil municipal contre le « dangereux » défi de janvier.

Du coup une tonne de questions restent en suspens : y-aura-t-il des patrouilles dans la ville pour s’assurer que les gens boivent bien tous les jours pendant le mois de janvier ? Qu’adviendra-t-il aux récalcitrants, ces fauteurs de troubles qui auront l’outrecuidance de ne pas boire ? Risqueront ils une amende pour non-respect de l’« art de vivre à la française » ? Seront-il engeôlés ? Promis au bagne ou aux galères ? Nul ne le sait.

En tout cas à Epernay, on ne plaisante pas avec le sujet : « une campagne de ce type est dangereuse. Si tout le monde s’arrête de boire au mois de janvier, c’est absolument dramatique » prévient le maire Franck Leroy. Dramatique, vraiment ? Mais dramatique pour qui exactement ? Pour celles et ceux qui auraient décidé de faire une pause en janvier, reposant leurs corps, leur foie et (accessoirement) leur porte-monnaie ? Ou dramatique pour les producteurs de vin et de champagne ? Heureusement Franck Leroy nous éclaire sur ce point : « C’est une perte de chiffre d’affaire pour tout le monde ». Nous y voilà. La santé économique des alcooliers prime donc sur la santé publique.

Il a raison notre bon maire d’Epernay : « si tout le monde s’arrête de boire », ou va-t-on ? À ce train-là, on aura bientôt moins de morts sur la route, moins de cancers, moins de cirrhoses, moins de violences, moins de troubles psy… et puis quoi encore ? Pourquoi pas une population en bonne santé tant qu’on y est ? Après tout, l’alcool ne tue que 40 à 50 000 personnes par an. Ce qui compte, c’est la santé des producteurs. Et que les « traditions » et le « patrimoine » français soient respectés.

Que M. Leroy se rassure : nous ne sommes pas prohibitionnistes. Nous ne demandons pas l’interdiction du champagne. Nous serons certainement nombreux à en boire dans les jours à venir. Non, le « Janvier sec » ne fera pas couler la filière viticole. Juste un défi ludique pour se faire du bien, que chacun est libre de relever ou non. Chiche M. le maire ?

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier