Covid-19 : il est urgent d’intensifier la vaccination des personnes vulnérables et des soignants !

Si la situation épidémique s’améliore très nettement, le virus, lui, reste présent sur le territoire avec la diffusion de variants plus contagieux, dont le variant Delta. La vaccination qui a largement progressé au printemps a certainement contribué à cette amélioration. Pourtant, elle a considérablement ralenti ces dernières semaines.

Comme l’explique la Haute Autorité de santé dans un communiqué paru le 6 juillet, « l’enjeu aujourd’hui est de poursuivre la vaccination de tous pour limiter les conséquences sanitaires d’une résurgence épidémique. Cela nécessite notamment de démultiplier les actions auprès des personnes vulnérables et précaires non vaccinées ainsi qu’auprès des professionnels qui sont à leur contact, au premier rang desquels les soignants et les professionnels des établissements sociaux et médico-sociaux. En effet, une augmentation de la couverture vaccinale est nécessaire pour freiner la reprise épidémique et limiter les formes graves et les décès. »

Depuis plusieurs mois, France Assos Santé demande aux pouvoirs publics de faciliter l’accès de la vaccination pour les personnes vulnérables, notamment en allant à leur rencontre.

La HAS souligne à nouveau aujourd’hui la nécessité d’amplifier les efforts et la politique “d’aller vers” à l’égard des personnes précaires. Elle recommande de porter une attention particulière aux personnes en situation de vulnérabilité sur le plan socio-économique (c’est-à-dire les personnes ayant de conditions de vie précaire, résidant en milieux collectifs, notamment dans les logements pour travailleurs migrants, prisons, foyers d’accueils, etc.). Pour ces personnes souvent éloignées du système de santé ou vivant dans des zones du territoire où il est difficile d’avoir accès aux soins, les dispositifs d’aller-vers déjà mis en place par le gouvernement, les ARS et l’Assurance maladie doivent être poursuivis et amplifiés : actions de sensibilisation, mobilisation d’équipes mobiles de vaccination, création de centres de vaccination éphémères, aide à la prise de rendez-vous, accompagnement physique, recours à l’interprétariat linguistique et à la médiation en santé, etc.

France Assos Santé alerte également sur le taux de vaccination encore largement insuffisant chez les personnes atteintes de certaines pathologies. C’est le cas notamment des personnes souffrant de pathologies psychiatriques et neurologiques dont seules 46 ,5% étaient complètement vaccinées à fin juin. Citons également les personnes atteintes de cancer actifs ou sous surveillance (68,4%), les maladies respiratoires chroniques (55,7%), le diabète (62,7%), l’obésité morbide (44,4%) ou encore les personnes atteintes de dépendance aux opioïdes (12,5%).

Enfin, France Assos Santé rappelle qu’il est impératif de se donner l’objectif de vacciner tous les professionnels de santé et tous les intervenants du secteur médico-social exerçant en établissement et/ou à domicile. Cette vaccination est indispensable pour garantir leur propre protection, mais aussi pour ne pas exposer au virus les personnes qu’ils soignent, accompagnent ou qui sont à leur contact. Tout doit être mis en œuvre pour convaincre les soignants et les professionnels non vaccinés qui sont au contact des personnes vulnérables. La sûreté et l’efficacité des vaccins a été confirmée au fil de la campagne de vaccination.

Des actions favorisant la conviction et l’adhésion à la vaccination sont nécessaires pour éclairer au mieux les professionnels sur l’intérêt individuel et collectif de la vaccination et sur les risques associés à la vaccination. Des mesures incitatives doivent également être mises en place, en particulier dans les établissements de santé et médico-sociaux et être portées par les organes de gouvernance ou services de ces établissements (agences régionales de santé, directeurs, commissions médicales d’établissement, unités d’hygiène, médecine du travail, etc.).

Mais face au risque épidémique et à la lumière des données disponibles sur la protection des vaccins contre la transmission, France Assos Santé considère, comme la HAS, que « la vaccination des professionnels de santé et plus généralement de ceux qui sont en contact avec des personnes vulnérables revêt un enjeu éthique autant que de santé publique ». En ce sens, France Assos Santé salue la préparation d’un projet de loi d’obligation vaccinale des soignants, annoncée le 6 juillet par la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques.

En fonction de l’évolution du contexte épidémique et en cas de progression insuffisante de la couverture vaccinale, la réflexion sur l’obligation vaccinale pourrait s’étendre à l’ensemble de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier