Transports sanitaires : quelle prise en charge ?

Offre de soins et tarification

La notion de transport sanitaire fait référence à des déplacements en lien avec des soins. Selon la situation du patient, les frais liés au transport sanitaire peuvent faire l’objet d’une prise en charge et d’un remboursement par la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie). Présentation des différents cas de figure.

Un transport sanitaire peut être effectué en taxi conventionné, en ambulance ou en VSL (véhicule sanitaire léger)

Une des conditions pour qu’il fasse l’objet d’une prise en charge et d’un remboursement par la Sécurité sociale : qu’il vous achemine jusqu’à un centre de soins ou de diagnostic (hôpital, centre de dialyse, laboratoire d’analyse médicale ou d’imagerie médicale…). Les règles concernant les frais de transport d’urgence répondent à certaines spécificités (voir ci-après). En fonction de votre état, un mode de transport moins coûteux (véhicule personnel, transports en commun) peut aussi être utilisé et donner lieu à une prise en charge si vous entrez dans les critères définis.

Prise en charge des frais de transport sanitaire : les situations concernées

Les frais de transport sanitaire peuvent faire l’objet d’une prise en charge par la CPAM s’ils sont prescrits par un médecin dans les situations suivantes :

  • frais de transport liés à une hospitalisation (entrée et/ou sortie de l’hôpital), quelle que soit la durée de l’hospitalisation (complète, partielle, ou ambulatoire),
  • frais de transport liés aux traitements ou examens pour les patients en affection de longue durée (ALD) en lien avec leur ALD, et cela sous certaines conditions d’incapacités ou de déficiences présentées par le patient (cf. référentiel de prescription des transports de l’Assurance maladie),
  • frais de transport liés aux traitements ou examens en rapport avec un accident du travail ou une maladie professionnelle,
  • frais de transport en ambulance, lorsque l’état du patient nécessite d’être allongé ou sous surveillance,
  • transport sanitaire de longue distance (plus de 150 km aller),
  • transports sanitaires en série (au moins 4 transports de plus de 50 km aller, sur une période de deux mois, au titre d’un même traitement).
Attention : au-delà de la prescription par votre médecin, la prise en charge et le remboursement des frais de transport sanitaire par la Sécurité sociale dans certaines de ces situations nécessite en plus l’accord préalable du médecin-conseil de votre Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). C’est notamment le cas pour les transports sanitaires de longue distance ou les transports en série, mais aussi pour les transports en avion ou en bateau de ligne…

D’autres situations spécifiques peuvent donner lieu à la prise en charge et au remboursement des frais de transport sanitaire : se rendre à une convocation du service médical de l’Assurance maladie, à un rendez-vous chez un fournisseur agréé d’appareillage médical, accompagner une personne malade de moins de 16 ans ou nécessitant l’assistance d’un tiers. En dehors de ces cas, les transports sanitaires ne sont pas du tout pris en charge par la Sécurité sociale même s’ils sont prescrits par un médecin.

Prise en charge et remboursement des frais de transport : antériorité de la prescription médicale

D’une manière générale, la prescription médicale doit établir le transport sanitaire avant qu’il n’ait lieu.

En cas d’urgence médicale (appel du centre 15), la prescription de transport sanitaire peut être remplie a posteriori par un médecin de la structure de soins dans laquelle le patient a été transporté.

En cas de convocation, par le service médical de l’Assurance Maladie, par la commission régionale d’invalidité, par un médecin expert ou encore pour un rendez-vous chez un fournisseur agréé d’appareillage médical, la convocation vaut alors precription médicale préalable.

Dans toutes ces situations, la prise en charge du transport sanitaire peut être acceptée par la CPAM sur présentation de la convocation ou de la prescription médicale qui doit indiquer le mode de transport utilisé (taxi conventionné, ambulance, VSL….).

Le niveau de remboursement des frais de transport sanitaire

Certains cas spécifiques permettent une prise en charge et un remboursement des frais de transport par la CPAM à hauteur de 100 % :

  • les frais de transport relatifs à des traitements ou examens en relation avec une affection longue durée (ALD),
  • les frais de transport engagés pour des traitements ou des examens liés à un accident du travail / une maladie professionnelle,
  • les frais de transport concernant les investigations nécessaires au diagnostic de la stérilité et son traitement,
  • le transport des femmes enceintes à partir du sixième mois de grossesse et jusqu’à 12 jours après la date d’accouchement,
  • le transport pour l’hospitalisation d’un nouveau-né de moins de 30 jours,
  • les transports d’urgence en cas d’hospitalisation au cours de laquelle est effectué un acte coûteux,
  • le transport des personnes titulaires d’une pension d’invalidité, d’une pension militaire…,
  • le transport des personnes bénéficiaires de la CMU complémentaire, de l’aide médicale de l’État ou des soins urgents et quelques autres cas très spécifiques.

En dehors de ces cas, lorsqu’ils sont prescrits par un médecin et correspondent aux situations où ils peuvent faire l’objet d’une prise en charge, les frais de transport sanitaire bénéficient d’un remboursement à hauteur de 65% par la Sécurité sociale. Les 35% restants peuvent faire l’objet d’un remboursement partiel ou total par une complémentaire santé (mutuelle ou assurance) si l’assuré en dispose.

Bon à savoir : une franchise médicale est appliquée sur les transports sanitaires. Son montant est de 2 euros par trajet (1 aller/retour = 2 franchises = 4 euros) avec un plafond journalier de 4 euros par jour et par transporteur pour un même patient. Le plafond annuel est fixé à 50 euros (toutes franchises médicales confondues ; cf. la fiche Santé Info Droits Pratique Forfaits et franchises).

À noter que la franchise médicale s’applique sur les transports sanitaires remboursés effectués en taxi conventionné, en VSL ou en ambulance. Elle ne s’applique ni aux transports en véhicule personnel, ni aux transports en commun, ni aux transports d’urgence (appel du SAMU centre 15)

Se documenter…

Actualités

UNE QUESTION JURIDIQUE
OU SOCIALE LIÉE A LA SANTÉ ?

Santé Info Droits est une ligne d’informations juridiques et sociales constituée de juristes et avocats qui ont vocation à répondre à toutes questions en lien avec le droit de la santé.

EN SAVOIR PLUS

Témoignage : prenez la parole !

23 commentaires

  • Pachot dit :

    J’a fait un AVC et j’ai du mal à me rendre à l’hôpital pour mes consultations comment obtenir un VSL je suis à 100%100

  • SANDRINE FAYE dit :

    bonjour, mon mari s’est fait opéré d’une épaule et a besoin de se déplacer chez un kiné. Il ne pourra pas conduire. Son chirurgien lui a dit qu’il ne pouvait pas délivrer de bon de transport. Comment va -t-il faire? Je ne peux pas l’emmener, je travaille toute la journée.

  • Kalliste dit :

    Bonjour je suis exactement dans le même cas avec immobilisation prévue 6 semaines avec attelle , la sécu refuse la prise en charge car je ne suis pas ALD, accident du travail ou maladie professionnelle , la mutuelle ne peut rien faire si la sécu refuse. Je dois faire de la balnéothérapie le centre est à 5 kms j’habite dans un village sans transport en commun, la mairie ne peut rien faire , mon médecin traitant non plus tout comme le chirurgien et personne ne peut m’accompagner tous travaillent ou sont loin . Ma rééducation doit s’étendre sur 4 à 6 mois avec 3 séances par semaine.Donc soit je paie plusieurs milliers d’euros de ma poche soit je ne me soigne pas correctement .Je précise que je travaille et je cotise .Je trouve cela injuste et anormal car si j’étais en ville je pourrais prendre le bus

  • Berger dit :

    Bonjour comment faire si j’ai besoin d’un vsl d1 jour à l’autre

  • guy martineau dit :

    j’ai fait un AVC et je dois me rendre dans un clinique de réadaptation fonctionnelle de jour à 20 kms de mon domicile ai-je droit à la prise en charge du transport merci

  • PHILIPPE deloisy dit :

    bonjour madame, monsieur,
    quand je vois le nombre de personnes qui ne trouvent pas de V S L pour les emmener, cela me fait grande peine ,
    savez vous quand seront reconnu les transports PTMR de façon qu’il puisse y avoir une tarification au moins égale au V S L remboursée par la CPAM, ce qui n’est pas le cas aujourdhui !
    Aujourdhui, nous sommes conventionné CPAM avec une tarification en dessous des VSL sans prise en charge que les forfaits kilométrique, nous possédons 25 véhicules et 30 salariés et si cela continue ainsi nous allons devoir mettre la clef sous la porte car n’étant pas reconnu et vu la tarification que nous avons, nous allons droit dans le mur !
    pourtant nous faisons 250 transports/jour pour le maintien à domicile, nous transportons des malades d’Alzheimer de leurs domiciles à des centres d’accueil de jour ce qui leur évite d’être hospitalisé et en plus les ambulanciers ne veulent pas faire ces transports car il faut monter au domicile et les prises en charge sont longues donc pas rentables !!
    merci pour votre réponse que vous pourrez m’apporter.
    cordialement

  • Levy dit :

    Mon fils est atteint d’une SEP depuis 3 ans et d’une PMD depuis 20 ans. Il a été dernierement hospitalisé pendant 5 mois suite a une fracture complexe consequence d’une chute à son genou.
    Avec les conseils de son psychiatre, nous avons enfin trouvé un centre de post cure (Route Nouvelle à Toulouse).
    Nous avons un gros souci, c’est qu’il ne peut pas se déplacer tout seul (crainte de la foule, perte d’orientation …). Il n’aurait pas droit à un DSL ou taxi conventionné. Depuis le demarrage de sa maladie il habite chez nous à Colomiers (12 km de Toulouse). L’accueil du centre est du lundi au vendredi de 9 h à 17 h. Si nous ne trouvons pas de moyen de transport conventionné, il ne pourra pas bénéficier de cette structure qui correspond vraiment à ses attentes : ressociabilisation, amélioration de ses capacités cognitives…
    Pouvez-vous me répondre ou m’orienter vers un organisme qui pourra ous apporter une reponse favorable.
    Merci d”avance.

    • webmaster 66MImpatients dit :

      @LEVY : pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres de France Assos Santé, au 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi) ou en ligne en vous rendant sur la page https://www.france-assos-sante.org/sante-info-droits

  • Sers dit :

    Bonjour
    Ma fille a une invalidité de 80% et est en foyer d’accueil médicalisé. A-t-elle le droit de bénéficier d’une prise en charge en vsl pour aller voir sa famille les we et vacances scolaires ?

  • Peretti dit :

    J ai rendez vous le 6 août a 9h30 pour une échographie de foie et le 7 août à 10h15 pour voir le médecin à l hôpital de Choletcar j’ai une hépatite c ai la cmu donc sa veut dire que je paye rien au rendez-vous médicaux j ai aucun moyen de locomotion et ni de famille pour mi rendre est ce que j ai le droit à un taxi et est ce que je vais devoir payer ou pas

  • vsl toulouse dit :

    Bonjour,
    Toutes les informations concernant le transport sanitaire Léger conventionne se trouvent sur le site ameli.fr
    ameli. fr conventionnels
    Pour les gens qui habitent je vous invite à vous rendre sur mon site
    Pour plus d’informations sur le transport sanitaire léger mon numéro de téléphone se trouve dans mon site
    Cordialement

  • Pereur dit :

    Bjr je dois faire une infiltration, a Bordeaux. Habitant Périgueux aurai je droit, au VSL pour m amener, ainsi une personne qui va m accompagné. Merci de votre reponse

  • Véronique Davieaud dit :

    Bonjour
    Je suis maman d’une ado de 16 ans , autiste.
    Elle est rentrée en IME à temps partiel depuis septembre
    La structure ne peut pas transporter ma fille pour les trajets aller et retour.
    Je fais donc le transport avec mon véhicule personnel et à mes frais car la structure malgré ma demande ne me rembourse pas ces frais et ne propose aucune solution
    (Je fais 140 kms par jour – 4 fois par semaine)
    Mon véhicule commence à fatiguer et je ne peux continuer à payer frais de carburant
    Comment procéder pour remboursement ? Puis je demander taxi conventionné ?
    Merci.

  • Dubois dit :

    Bonjour,
    J’ai été admise en CHU pour un AIT alors que j’étais en visite pour le weekend. Ma durée d’hospitalisation sera tout au mieux d’une semaine.
    Mon retour à la maison ne sera pas évident, étant seule. La question est mon transport de Tulle à Toulon pourra t’il être pris en charge par la sécurité sociale ?

  • moreau dit :

    bonjours je suis en ald pour une greffe de rein je suis convoqué deux fois par ans au chu Amiens sud pour des examen qui dure toute la matinée je prend ma voiture je rempli toute les papiers bon de transport feuille de route attestation de présence .et on me rembourse que l’allée pas le retour pour cause allée et le retour sont daté le mème jours es normal

    • webmaster dit :

      Bonjour,
      Pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres de France Assos Santé. Numéro de la ligne : 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi).
      Bonne journée,
      L’équipe de France Assos Santé

  • Josette IZOUARD dit :

    Bonjour
    Ma maman est hospitalisée à Issy les Moulineaux elle a 89 ans et elle doit etre transférée dans un Ehpad en Vendée, région ou je demeure. Qui va payer les frais de transport de Paris en Vendée ? S’il y a un reste à charge de combien sera t-il ?
    Je vous remercie à l’avance
    Cordialement

    • llefevre dit :

      Bonjour,
      Pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres de France Assos Santé. Numéro de la ligne : 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi).
      Elle est également accessible via le formulaire suivant : https://bit.ly/35KOyys
      Bonne journée,
      L’équipe de France Assos Santé

  • Giraudo dit :

    Bonjour,
    Notre parent est resté 15 jours à l’hôpital en réanimation pour détresse respiratoire, plongé dans un coma artificiel, puis seulement 5 jours au service de pneumologie. Il devait partir ensuite directement de l’hôpital, en maison de convalescence spécialisée dans les soins respiratoires, comme le lui avait annoncé le médecin pneumologue du service. Nous sommes donc remontés chez nous, rassurés (nous habitons à 250km du domicile de notre parent). Et puis ce matin, après 5 jours seulement passés au service pneumologie, l’hôpital ramène illico presto notre parent chez lui, sans prévenir personne, alors qu’il est incapable de marcher, épuisé qu’il est, alors qu’une démarche avait été faite par nous auprès du service social de l’hôpital pour avoir un séjour en maison de convalescence et bien sûr un bon de transport de l’hôpital pour aller dans cette maison de convalescence éloignée de la ville….notre parent est donc chez lui ce soir, sans pouvoir bouger, pour faire une quelconque démarche. Nous avons appelé l’hôpital, sidérés par cette situation et leur avons demandé ce qui se passait. Ils nous ont répondu que notre parent devait aller voir son médecin généraliste pour qu’il lui fasse un bon de transport pour la maison de convalescence…(?) pourquoi l’hôpital ne lui a t-il pas fait le bon de transport comme c’était prévu et comment notre parent va t-il faire pour aller chercher ce bon de transport chez son médecin déclaré (qui est dans un quartier éloigné), vu qu’il ne peut pas marcher….?
    Nous nous posons une question : L’hôpital aurait-il évacué notre parent trés fatigué pour ne pas avoir à faire un bon de transport pour la maison de convalescence ?
    Nous pensons que notre parent aurait dû rester encore quelques temps à l’hôpital en attendant la maison de convalescence, vu son état de faiblesse…il est choquant de penser que des personnes seules, qui n’ont pas de famille même éloignée, puissent se retrouver ainsi refoulées de l’hôpital, en état de fatigue extréme chez elles sans pouvoir faire une quelconque démarche à l’extérieur de leur domicile….

  • Les personnes subissant un accident de travail aussi peuvent bénéficier d’un remboursement à hauteur de 100 %.

  • VULCANIER Jean dit :

    Bonjour
    Exposé des Faits : Mon épouse à du subir une intervention dans une Clinique Hyperspecialisée située à plus de 150 Km de mon domicile ( 380 Km environ) qui ne pouvait être réalisée dans ma Région , vu que les établissements publics ou privés ne disposaient par de l’équipement de haute technologie ( Intervention assistée par imagerie embarquée et robot) – Date Fin Mai 2019
    L’assurance Maladie a accepté la prise en charge de l”intervention et de l’hospitalisation dans cette clinique à savoir le PRINCIPAL
    Pour les Frais de Transport je n’ai pas demandé de prise en charge des Frais de Transport pour l’ALLER – véhicule personnel)
    Mon épouse , après 7 jours d’hospitalisation , sur prescription d’un bon de transport obligatoire en ambulance du chirurgien de la Clinique a éte transférée dans un service de convalescence public proche de notre domicile . Vu les délais il n’était pas possible d’ avoir un accord préalable et l’accord du médecin Conseil
    J’ai réglé la Facture a la Sté d’ambulance ( 900 € environ) facturée selon le barème conventionnel , et ait envoyé celle ci avec la prescription médicale de transport supposant que l’ACCESSOIRE serait logiquement accepté au même titre que le PRINCIPAL , les 2 étant non dissociables .
    J’ai reçu un Refus de ma CPAM au motif que l’intervention pouvait être pratiquée dans un établissement proche de mon domicile ( ce qui est FAUX ) et me propose un remboursement forfaitaire d’un montant ridicule ( base 10 km )
    J’ai saisi immédiatement la Commission de Recours Amiable de ma CPAM qui Fin Février 2020 me fait part de sa décision à savoir
    – Confirmation du Refus de la Prise en charge pour 2 motifs
    1- l’opération pouvait être réalisée dans un Établissement proche de mon domicile ( FAUX)
    2- La prise en charge refusée au motif que ce transport n’est pas remboursable par ma CPAM mais relève des forfaits en cas de transfert inter établissement ( Argument nouveau )
    Je suis informé que cette décision peut être contestée devant le TGI proche de mon domicile sous 2 mois ce que j’envisage
    Merci pour vos avis , conseils et marche à suivre . Existe t-il une jurisprudence sur ce cas d’école ?

    • webmaster dit :

      Bonjour,
      Pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres de France Assos Santé. Numéro de la ligne : 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi).
      Elle est également accessible via le formulaire suivant : https://bit.ly/35KOyys
      Bien cordialement,

      L’équipe de France Assos Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo 66 d'impatientsLogo Santé Info Droits