Une enquête pour faire le lien entre Maladie Rénale Chronique (MRC) et diabète

Les causes les plus classiques de maladie rénale chronique sont les affections inflammatoires des reins, les infections et les obstructions urinaires, ainsi que les maladies génétiques comme la polykystose rénale. Mais, partout dans le monde, on constate désormais que le diabète et l’hypertension artérielle sont devenus les causes les plus fréquentes. Ainsi, en France, environ 40 % des patients dialysés ou porteurs d’un greffon sont diabétiques. Et on prévoit un accroissement important du nombre de malades diabétiques nécessitant une dialyse ou une greffe rénale dans la prochaine décennie.

En dépit de ces chiffres, et alors que la MRC, en fonction de son stade d’avancement, est un problème de santé publique qui affecte considérablement la qualité de vie des personnes qui en sont atteints, son impact demeure peu étudié dans cette population. C’est la raison pour laquelle la Fédération Française des Diabétiques et son Diabète LAB réalisent une enquête, afin de mieux comprendre l’impact du diabète et de la maladie rénale chronique sur la vie quotidienne des Français.

Cette enquête concerne les personnes diabétiques de type 1 et 2 avec ou sans maladie rénale chronique.

Diabète et reins, quel lien ?

En effet, l’hyperglycémie chronique des personnes diabétiques met à mal les reins, les excès de sucre ans le sang endommageant progressivement les petits vaisseaux sanguins des reins qui ne parviennent plus à assurer correctement leur fonction de filtre. Par ailleurs, le diabète peut aussi endommager les nerfs contrôlant le système urinaire, provoquant des difficultés à uriner et une pression dans la vessie, pouvant alors provoquer des lésions dans les reins. Enfin, les personnes diabétiques ont un terrain favorable à la prolifération de bactéries qui se nourrissent de sucre, et ont par conséquent un risque augmenté d’infections rénales.

Malheureusement, beaucoup de ces patients mésestiment encore les risques rénaux du diabète, et ne connaissent que trop peu les moyens de prévention dont les deux piliers restent l’équilibre glycémique et le contrôle de la pression artérielle.

Une enquête, pour quoi faire ?

L’enquête lancée par La Fédération Française des Diabétiques, d’une durée d’une vingtaine de minutes, s’adresse à toutes les personnes diabétiques de type 1 et 2, résidant en France métropolitaine ou dans les DROM/COM, âgées de plus de 18 ans avec ou sans maladie rénale chronique. Elle vise à comparer la qualité de vie des personnes diabétiques sans MRC à celle des personnes diabétiques avec une MRC.

Dans un second temps, chez les patients diabétiques avec ou sans MRC, les objectifs seront de comparer le fardeau de la maladie, comparer le parcours de soin, évaluer l’impact de la sévérité de la MRC sur la qualité de vie puis d’évaluer l’impact des caractéristiques sociales sur la qualité de vie.

Toutefois, de par son objectif relatif à la satisfaction et son aspect sociologique, cette étude ne vise pas au développement des connaissances biologiques ou médicales et ainsi n’est pas une Recherche Impliquant la Personne Humaine au sens de la réglementation. Les résultats seront en revanche utilisés pour nourrir et orienter les actions, les publications et les services de la Fédération Française des Diabétiques, dans l’intérêt des personnes souffrant de cette maladie.

Les données recueillies sont totalement anonymes et pour un maximum de sécurité, elles sont stockées chez un hébergeur agréé de données de santé (HADS). Elles seront analysées par les équipes du Diabète LAB ou ses sous-traitants statisticiens afin de répondre aux objectifs de cette étude.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier