Moi(s) sans tabac : témoignage de fumeuse en sevrage

Afin d’accompagner la vaste campagne de santé publique actuellement en cours pour sensibiliser l’ensemble de la population à l’arrêt du tabac, nous souhaitons valoriser celles et ceux qui prennent la décision d’arrêter la cigarette.

Chaque semaine, tout au long de ce mois de novembre, nous allons donc publier un portrait de fumeur en sevrage qui reviendra, avec nous et pour vous, sur ses motivations, ses difficultés, ses joies… bref son expérience du sevrage pour le pire, et surtout pour le meilleur (ou en tout cas le mieux !).

Marie-Astrid, 38 ans, fumeuse depuis l’âge de 15 ans.
En sevrage depuis 3 semaines.
Marie-Astrid travaille dans la confection, depuis chez elle, et a deux enfants.

Combien de cigarettes par jour fumiez-vous au moment de l’arrêt ?

Environ 25 avec des pics à 30 cigarettes. Je crois bien que c’est une des périodes de ma vie où j’ai le plus fumé.

Le truc aussi, c’est que je fumais des roulées depuis quelques années et donc c’est plus compliqué à compter. Il y a sans doute des jours où je ne me rendais pas du tout compte du nombre de cigarettes que j’avais fumées.

Depuis combien de temps envisagiez-vous d’arrêter ?

J’ai fait plusieurs tentatives en réalité depuis que je suis fumeuse. Cette fois-ci, l’envie d’arrêter me taraudait depuis février/mars. Donc il a fallu quand même du temps pour me décider tout à fait.

Quelle était votre principale motivation ?

Je veux prendre soin de ma santé, ne pas « planter » les miens et répéter une histoire familiale puisque ma mère est décédée assez jeune d’un cancer alors qu’elle fumait justement beaucoup.

Etiez-vous déjà parvenue à arrêter de façon significative ?

J’ai déjà arrêté de fumer durant 9 mois en 2011. Je m’étais levée un matin très tôt, vers 5 heures du matin. J’étais en vacances, toute seule à réfléchir aux aurores et je me suis dit : « Pourquoi ce ne serait pas pour aujourd’hui ? ». Et j’ai stoppé net, sans aucune aide, ni même de patchs ou pastilles de nicotine. En revanche j’ai pris une dizaine de kilos en 9 mois… Malheureusement j’ai repris la cigarette suite à une période de stress accentuée par la disparition d’un membre de ma famille.

Cette fois-ci, une méthode particulière vous a-t-elle aidée à arrêter ?

Cette fois-ci, je suis allée voir un médecin généraliste et acupuncteur qui m’a été recommandé par un collaborateur de mon mari. C’était nouveau, en fait, que j’aille chercher de l’aide expressément, que j’aille parler de mon problème auprès d’un professionnel. C’était nouveau et bénéfique.

Comment s’est passée cette méthode autour de l’acupuncture ?

Le médecin acupuncteur m’a reçu une première fois en m’expliquant comment cela se déroulerait. Si je me décidais, il me recevrait 3 fois en consultation, à une semaine d’intervalle, et à la troisième séance, il faudrait arrêter la cigarette. Comme j’étais décidée, j’ai fait ma première séance le jour-même. Il ne me restait donc plus que 15 jours avant de décrocher totalement. Pour moi cela a beaucoup joué d’être accompagnée jusqu’à la date fatidique.

Comment se déroule exactement une séance ?

Il y a d’abord un échange verbal qui est court mais très riche. Les mots que le médecin a posés ont rebondi très efficacement dans mon esprit. Ensuite, il y a la séance d’acupuncture à proprement parler qui dure 30 à 45 minutes durant lesquelles je suis restée au calme avec les aiguilles en place. En ressortant je me sentais un peu « flottante », l’odeur de la cigarette dans la rue me gênait. Le médecin m’avait recommandé jusqu’à la dernière séance de prendre vraiment conscience de chaque cigarette que je fumais et d’essayer de repousser à chaque fois le moment de fumer.

Comment avez-vous ressenti l’effet de chaque séance ?

Cela a surtout été l’occasion pour moi de prendre un temps pour moi (ce que je fais rarement) et de prendre du temps pour me focaliser sérieusement sur ce problème de ma dépendance au tabac. Ce moment dans la pénombre où j’étais allongée avec les aiguilles m’a permis de vraiment me détendre. J’étais consciente de mon corps, je ne bougeais pas, c’était un moment rien que pour moi. Je ne saurais pas dire si ce sont les aiguilles qui m’ont aidée, mais ce moment de réflexion et de calme m’a été vraiment bénéfique.

Comment avez-vous fumé votre dernière cigarette ?

Je suis allée à ma troisième séance en prenant soin d’avoir de l’avance pour me réfugier dans un café, commander un café et fumer ma dernière cigarette. En réalité, j’en ai carrément fumé 5 ! J’ai vraiment ritualisé ce moment. J’ai pris des photos sur le trajet, sur le quai de la gare, puis j’ai pris des photos de ce dernier café avec cigarette. J’ai même pris une photo du hall d’entrée de mon acupuncteur… En sortant de ma dernière séance, j’avais des mots pour verbaliser ce que je ressentais et j’avais envie de le partager. J’ai même envisagé de faire un blog là-dessus ! C’est quand même riche en sensations. Bref, je suis sortie de la séance et fumer n’était pas envisageable… Ce n’est pas que je n’avais plus envie de fumer mais il n’en était tout simplement plus question. Pour l’instant je tiens, même si l’envie est encore présente. En revanche, l’odeur de la cigarette me dérange désormais.

Combien coûte chaque séance ?

C’est assez cher : 80€ la séance.

Y a-t-il un suivi avec cet acupuncteur ?

Oui, j’ai une séance par mois pendant 3 mois et la possibilité de l’appeler si je flanche pour programmer une séance en « urgence » ! Par la suite, les séances peuvent continuer de façon plus espacée selon mes besoins.

Recommanderiez-vous cette méthode ?

Moi, cela me convenait tout à fait, mais ce que je recommande surtout, c’est de se faire aider.

Que s’est-il passé ces trois dernières semaines ?

Evidemment, certains moments sont difficiles à gérer, particulièrement ceux où je sors le soir. Je sens aussi, et mes enfants le ressentent également, que je suis plus nerveuse que d’habitude.
Mais à côté de ça, il y a également des aspects très agréables. Par exemple, je fais des rêves très drôles et je retrouve une sorte de joie de vivre avec des crises de rire que je n’avais pas eues depuis longtemps.
C’est fou, car ce sevrage donne une autre perception du temps. Trois semaines, ce n’est vraiment pas grand-chose, mais pour moi en ce moment c’est énorme.

Quels sont vos petites « astuces » pour tenir ?

J’en ai plein ! Déjà dès que j’ai envie de fumer, je bois de l’eau, ou bien j’écoute de la musique, ou encore je prends le temps de respirer profondément. Le boulot aussi m’aide bien à oublier la cigarette… Quand j’ai envie de fumer, je bosse ! J’ai encore également recours à des pastilles de nicotine.
En fait, quand j’ai envie de fumer, je me focalise sur une seule cigarette à la fois. Si je vois la montagne de cigarettes que je m’interdis de fumer, et les angoisses qui vont en découler, c’est décourageant, mais si je me focalise sur le moment présent, sur une seule envie de cigarette à réprimer à la fois, ça me paraît plus facile.

Il y a un autre truc qui m’aide bien, c’est l’application stoptabac.ch. C’est vraiment bien fait. Tous les matins, je reçois un petit message d’encouragement et il y a une communauté avec qui on peut chatter !

Vos proches vous soutiennent-ils ?

Déjà ils me supportent et en soi c’est le premier des soutiens ! Parfois j’aimerais que les enfants soient calmes entre eux pour être dans une ambiance vraiment sereine, du fait que je me sens plus nerveuse que d’ordinaire et sachant que les premiers jours, j’avais beaucoup de mal à me concentrer.

Que pensez-vous de l’opération « Moi(s) sans tabac » qui se déroule en ce moment ?

J’en ai entendu parler par une amie qui m’a dit en rigolant que j’étais à fond dans la mouvance du moment ! Cependant je suis passée plusieurs fois à la pharmacie ces derniers jours pour m’acheter des pastilles à la nicotine, et aucun pharmacien n’en a fait mention. A vrai dire, si cela avait eu lieu au moment où j’ai stoppé, une des choses qui m'aurait particulièrement intêressé dans le cadre de cette opération, c'est qu'ils organisent des défis sportifs et je trouve cela assez tentant. Donner l’occasion de faire du sport plus facilement à des gens qui arrêtent de fumer, c’est une très bonne idée. Je dois avouer que je n’ai jamais utilisé tabac info service mais pourquoi pas si j'en ressens le besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier