Zoom sur les benzodiazépines

Zoom sur les benzodiazépines

Très appréciées pour leurs propriétés hypnotique et anxiolytique, les benzodiazépines vivent en France de belles heures. 131 millions de boîtes se sont vendues en 2013 dans notre pays, nous plaçant dans le top 3 de la consommation européenne.

1 Français sur 5 consomme des benzodiazépines chaque année, pourtant ces médicaments sont loin d’être sans risques et leur usage mérite une attention particulière.

INDICATIONS ET EFFETS SECONDAIRES DES BENZODIAZÉPINES

Prescrites pour traiter l’anxiété et les troubles du sommeil mais aussi l’épilepsie, les contractures musculaires douloureuses en rhumatologie ou encore les manifestations liées au sevrage alcoolique, les benzodiazépines présentent des effets secondaires non négligeables et leur délivrance n’est autorisée que sur prescription médicale.

Voici une liste non exhaustive des effets secondaires associés à la prise de benzodiazépines :

  • pertes de la mémoire,
  • risques de somnolence,
  • troubles du comportement qui entraînent par exemple de la confusion ou de l’agitation,
  • altération des fonctions psychomotrices qui peuvent notamment se traduire par un risque accru d’accidents de la route (1,03% des accidents implique la consommation de benzodiazépines),
  • dépendance physique et psychique aux benzodiazépines, avec syndrome de sevrage à l’arrêt du traitement (voir notre article sur l’addiction médicamenteuse),

DES RISQUES ACCRUS CHEZ LES SUJETS ÂGÉS

Cette liste d’effets secondaires prend une dimension encore plus grave chez les personnes âgées. En effet elle augmente chez eux, entre autres choses, le risque de chutes, qui peuvent avoir de lourdes conséquences à un âge avancé. Le docteur Schuster, responsable de l’unité fonctionnelle de psychiatrie du sujet âgé à Corentin Celton (Hauts-de-Seine), indique d’ailleurs que jusqu’à 10% des hospitalisations dues aux médicaments chez les personnes âgées seraient imputables aux benzodiazépines.

En outre, du fait que les tests en vue de l’obtention d’autorisation de mise sur le marché d’un médicament sont pratiqués sur des personnes jeunes, on connaît mal la tolérance spécifique des benzodiazépines sur les sujets âgés. Or plusieurs études démontrent que pour les personnes âgées, les benzodiazépines présentent un risque accru de démence et de développement de la maladie d’Alzheimer (voir la dernière étude sur le sujet, dirigée par Sophie Billioti de Gage et publiée dans le British Medical Journal).

10% des hospitalisations dues aux médicaments chez les personnes âgées seraient imputables aux benzodiazépines

Pour le docteur Schuster, il est important de limiter la prescription de benzodiazépines à visée anxiolytique et hypnotique aux seuls cas d’échec d’approches non médicamenteuses* pour éviter la surconsommation de ce type de médicaments. Une surconsommation déjà bien installée malheureusement et dont nous avions parlé sur 66 Millions d’IMpatients dans notre article sur la santé en maison de retraite. Si les approches non médicamenteuses ne sont pas privilégiées avant un traitement à base de benzodiazépines, précise le docteur Schuster, il faudra de toute façon probablement envisager une psychothérapie au moment de l’arrêt du traitement, en cas de syndrome de sevrage. Autant prendre les devants !

DES INDICATIONS DE DURÉE DES TRAITEMENTS NON RESPECTÉES

N’envisager la prescription de benzodiazépines qu’après l’échec d’approches non médicamenteuses n’est évidemment pas réservé aux personnes âgées. L’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) insiste sur ce point ainsi que sur le fait que le traitement doit être le plus court possible et ne doit pas dépasser les durées préconisées dans le cadre de l’AMM (autorisation de mise sur le marché).

Ces indications de durée pour les benzodiazépines sont :

  • Pour les troubles du sommeil : 4 semaines, incluant la période de réduction de posologie.
    Exemples : Pour une insomnie occasionnelle, lors d’un voyage, 2 à 5 jours / Pour une insomnie transitoire, suite à un événement grave, 2 à 3 semaines.
  • Pour l’anxiété : 8 à 12 semaines, incluant la période de réduction de posologie.

Dans les faits, l’exposition des patients aux benzodiazépines est bien supérieure à ces indications puisque, sur une année, le temps moyen d’utilisation est de 5 mois en tant qu’anxiolytique, et de 3,9 mois en tant qu’hypnotique. Sans compter qu’environ la moitié des patients sous benzodiazépines en consomment durant plusieurs années…

A la lecture de ses effets secondaires et notamment des récentes études révélant la corrélation entre les benzodiazépines et le risque de développement de la maladie d’Alzheimer, il apparaît que cette molécule est une solution efficace uniquement à court terme et qu’un autre type de traitement, si possible non médicamenteux, doit être mis en place au long cours pour aider les patients qui souffrent d’anxiété ou d’insomnie chroniques.

 

* Quelques approches non médicamenteuses – Le bon usage des benzodiazépines par les patients – Site du Ministère de la Santé

Quelques solutions simples pour éviter d’utiliser des benzodiazépines en cas d’insomnie

– couchez-vous et levez-vous à la même heure chaque jour ;
– évitez de faire la sieste pendant la journée ; si vous en ressentez toutefois le besoin, limitez sa durée à 30 minutes maximum ;
– évitez café, thé, vitamine C ou boissons contenant de la caféine après 17 h ;
– évitez les activités physiques ou stimulantes au moins une heure avant le coucher ;
– évitez de fumer et de boire de l’alcool pendant la soirée ;
– évitez toute nourriture épicée ou repas copieux le soir ;
– prenez un bain (pas trop chaud), lisez ou écoutez de la musique douce pendant la soirée ;
– évitez de regarder un écran lumineux avant de vous coucher ;
– buvez un verre de lait tiède ou une tisane avant d’aller vous coucher ;
– organisez votre chambre à coucher pour qu’elle soit confortable, calme et à bonne température (18°-20°C), aérez-là tous les jours ;
– évitez de dormir avec votre animal domestique, il a un rythme de sommeil différent du vôtre ;
– si vous vous réveillez habituellement pendant la nuit pour aller aux toilettes et que vous avez des difficultés à vous rendormir, essayez de ne pas boire pendant les deux heures avant de vous coucher (sauf si vous devez prendre des médicaments au coucher) ;
– si vous ne parvenez pas à trouver le sommeil, levez-vous et pratiquez une activité calme (lecture par exemple), puis retournez vous coucher dès que le sommeil revient.

Quelques solutions simples pour éviter d’utiliser des benzodiazépines en cas de tension ou d’anxiété

– détendez-vous en prenant lentement de grandes respirations,
– allez vous promener,
– choisissez et pratiquez une activité qui vous plaît (comme écouter votre musique préférée),
– parlez de vos difficultés à un ami, à un membre de la famille ou à votre médecin,
– joignez-vous à un groupe de soutien pour parler et partager vos problèmes d’anxiété – faites des exercices de détente (yoga par exemple),
– apprenez quelque chose de nouveau (activités manuelles…).

EN SAVOIR PLUS :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier