Tabac et jeunes : les liaisons dangereuses

Un dossier de la rédaction de 66 Millions d’Impatients

Sans pitié, l’industrie du tabac œuvre pour recruter ses futurs clients, parmi les jeunes plus particulièrement. En dépit des mesures adoptées, les ados continuent de plonger. Pour encore combien de temps ?

« Si les tendances actuelles se maintiennent, 250 millions d’enfants et d’adolescents aujourd’hui qui continueront à fumer à l’âge adulte mourront de maladies liées au tabac ». Cette estimation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait froid dans le dos.

En dépit des ravages que ses produits provoquent, l’industrie du tabac n’a de cesse de les promouvoir. Auprès des jeunes notamment qui constituent la manne de demain pour les vendeurs de cigarettes. Avec le soutien des débitants qui, ne respectant pas ou peu l’interdiction de vente aux mineurs, contribuent clairement au maintien du tabagisme.

Le marketing des industriels dans la ligne de mire

L’enquête que 66 Millions d’Impatients a menée montre que les pouvoirs publics semblent peu s’émouvoir de ce constat. Aucune action en tout cas n’est envisagée afin que cessent ces pratiques. Le ministère de la Santé serait en revanche en pleine réflexion quant à l’éventuelle entrée en vigueur du paquet neutre.

C’est ce qu’a révélé le 27 mai dernier, la lettre d’information Espace social européen indiquant que la première version du projet de loi de santé publique que la ministre de la Santé Marisol Touraine présentera en juin, prévoit noir sur blanc l’adoption de cette nouvelle mesure.

Déjà en vigueur en Australie, elle vise à couper la possibilité pour les fabricants de tabac d’utiliser l’emballage de leurs produits comme vecteur de marketing. Nul doute que les buralistes et les fabricants de tabac ne laisseront pas cette mesure entrer en vigueur sans résister. Autre révolution, celle-ci en cours, le développement massif de l’usage de la cigarette électronique.

La cigarette électronique : amie ou ennemi des jeunes ?

Les jeunes gens n’échappent pas à la règle, selon une étude récente. Certains s’inquiètent que ce nouveau dispositif constitue une passerelle vers le tabagisme. C’est le cas par exemple du Haut conseil de la Santé publique qui s’est exprimé sur le sujet dans un avis récent.

D’autres, comme le pneumologue Bertrand Dautzenberg, estiment au contraire que le vapotage participe à ringardiser la cigarette aux yeux des jeunes gens et pourrait donc contribuer à faire reculer le tabagisme. Dans l’immédiat, et à moins que les experts ne tranchent la question autrement, la cigarette électronique est censée être elle aussi interdite de vente aux mineurs.

Articles du dossier “Tabac et jeunes : les liaisons dangereuses” :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier