Le traitement miracle pour une longue et belle vie ! Ne coûte presque rien, résultats garantis.

Au moins 37 millions de morts prématurées pourraient être évitées d’ici 2025 à l’échelle de la planète si la population adoptait globalement un mode de vie plus sain, affirme une étude britannique publiée samedi 3 mai dans la revue médicale The Lancet.

Selon des scientifiques de l’Imperial College de Londres, l’élimination ou la réduction de ces facteurs de risques pour la santé permettrait d’empêcher ou de retarder ces décès prématurés :

– Le tabac, en réduisant sa consommation du tiers ou de moitié ;

– L’alcool, en limiter sa consommation de 10 % ;

– Le sel, en réduisant de 30 % la quantité de sel consommé ;

Cela réduirait de 25 % le nombre de personnes souffrant d’hypertension artérielle et stopperait la hausse du nombre de personnes obèses et diabétiques.

Les deux éléments prépondérants pour agir sur l’espérance de vie sont le tabac et l’hypertension artérielle. Celle-ci est un facteur de risque important pour les maladies cardiovasculaires et peut être combattu à l’aide de médicaments, mais également en pratiquant du sport (les scientifiques de l’Imperial College de Londres soulignent qu’un des meilleurs moyens de vivre plus sainement, et donc plus longtemps, c’est de pratiquer des exercices physiques régulièrement), et en réduisant la consommation de sel.

En utilisant les données de mortalité et de prévalence des facteurs de risque de plusieurs pays, les auteurs (M. Ezzati et al. Londres) ont estimé que la réalisation de ces objectifs permettrait de réduire la mortalité par maladie chronique de 22% chez les hommes et de 19 % pour les femmes en 2025. Ce qui, à l’échelle mondiale, équivaudrait à retarder ou à prévenir au moins 16 millions de décès chez les 30-70 ans et 21 millions chez les plus de 70 ans. Soit au total 37 millions de décès prématurés évitables.

Les populations à faibles revenus sont les plus touchées par les causes de mortalité évitable

Le professeur Ezzati précise que ce sont les populations à faibles revenus et à revenus moyens qui bénéficieraient le plus de tels efforts, avec 31 millions de morts prématurées évitées ou retardées.

Respecter ces objectifs de vie plus saine permettrait « d’accentuer la baisse de la mortalité par maladies cardiovasculaires et par maladies respiratoires chroniques, de réduire le nombre des morts par cancers du poumon et de l’estomac, et d’inverser la tendance en matière de mortalité liée au diabète », selon ce spécialiste en santé, nutrition et environnement.

La prévention, la lutte contre les causes de mortalité évitable : voilà les ingrédients du philtre de longévité !

 

Référence :

Article de la revue The Lancet du 3 mai 2014

 

Laisser un commentaire public

Votre commentaire sera visible par tous. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Êtes-vous satisfait
du site internet de
France Assos Santé ?

Donnez votre avis, en moins de 10 min !

ENQUÊTE

Non merci, je ne veux pas donner mon avis

Partager sur

Copier le lien

Copier