Pollution de l’air aux particules fines : conseils élémentaires de protection

Cette fin d’hiver particulièrement clémente fait du bien au moral… alors, pour ne pas tout gâcher, il est important de se protéger de ses méfaits

Ses méfaits ? La pollution de l’air par des particules fines (diamètre inférieur à 10 micromètres), nocives pour nos voies respiratoires en particulier chez les enfants, femmes enceintes, personnes âgées, personnes sensibles atteintes de problèmes respiratoires tels que l’asthme.


5 conseils faciles à appliquer

  • Sans rester confiné chez soi et tout en continuant à aérer régulièrement son logement, il est conseillé aux personnes sensibles d’être en contact avec l’air extérieur de préférence aux heures « creuses », c’est-à-dire tôt le matin et tard le soir.
  • Lorsqu’on sort, il est inutile de porter un masque ou un foulard car les particules sont trop petites pour que ces protections puissent les filtrer. « C’est souvent plus une gêne qu’une aide », assure Arthur Depas d’AirParif, interrogée par FranceTV info.
  • Les piétons doivent éviter la proximité des routes très fréquentées et le cœur des grosses agglomérations. Les parents qui promènent leurs enfants en poussette doivent être encore plus vigilants afin de s’éloigner le plus possible des pots d’échappement des voitures et donc des trottoirs.
  • Eviter la pratique d’un sport en plein air (jogging, marche, vélo) en raison de l’augmentation importante de l’air inspiré du fait de l’effort, ce qui accroît d’autant plus l’exposition aux particules. Pour les personnes qui tiennent à faire leur séance de sport, mieux vaut y aller durant les heures les moins chaudes de la journée, tôt le matin ou tard le soir. Evidemment, il est également conseillé d’éviter les aires proches d’axes routiers et de privilégier les espaces verts comme les parcs.
  • Le tabagisme est un facteur aggravant en cas de pollution.

Est-il possible de prendre sa voiture ?

Les gaz d’échappement sont parmi les principales sources de production de particules fines. En cas de pic de pollution, il est donc conseillé de limiter l’usage des voitures et des deux roues motorisés (sauf ceux électriques), notamment pour des petits trajets qui peuvent facilement se faire par d’autres moyens de transport.

Contrairement aux idées reçues, l’habitacle d’une voiture ne permet pas de se protéger de la pollution. Dans son véhicule, une personne respire même deux fois plus de particules qu’un piéton. Mieux vaut donc privilégier la marche à pied ou les transports en commun.

Si vous êtes contraint d’utiliser votre véhicule, ne roulez pas la fenêtre ouverte. De même, il est conseillé de réduire sa vitesse et de limiter les freinages et accélérations brusques qui augmentent les émissions de polluants. Ne pas laisser son moteur tourner à l’arrêt est également important.

Laisser un commentaire public

Votre commentaire sera visible par tous. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Logo les jeudis France Asso SantéLogo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier