Délai entre les deux injections de vaccin : stop à la cacophonie !

L’Agence Nationale du Médicament et des produits de santé (ANSM) et la Haute Autorité de Santé (HAS) ont recommandé de pouvoir allonger le délai de la seconde injection du vaccin COMINRATY de Pfizer, en passant de 21 à 42 jours. Les deux agences considèrent la protection individuelle suffisante 12 jours après la première injection, et l’allongement du délai permettrait ainsi l’accélération de la vaccination de la population la plus fragile, face à la montée du variant anglais notamment, dans l’attente des livraisons des prochaines doses.

Ces recommandations viennent d’être invalidées par le ministre de la santé, face aux critiques qu’elles suscitaient, en particulier de la part de certaines personnalités responsables des différents conseils créés par le gouvernement pour gérer cette vaccination !

La cacophonie du monde scientifique que nous avons subie au printemps à propos des traitements, se double désormais de la cacophonie des plus hautes instances chargées de piloter notre politique vaccinale !

De quoi désorienter la population, l’inquiéter, et entretenir la méfiance.

France Assos Santé réclame des plus hautes instances une position claire, responsable et scientifiquement étayée qui permette de respecter les objectifs de la stratégie vaccinale en termes de délais et de populations prioritaires.

Logo Santé Info Droits

 

Participez à cette étude unique pour faire entendre la voix des patient.e.s et des usagers de santé !

Partager sur

Copier le lien

Copier