Stop au marketing alimentaire ciblant les enfants : la Fédération Française des Diabétiques se mobilise

Aujourd’hui plus que jamais, il est criant que nous ne sommes pas égaux en matière de santé : les personnes en surpoids ou souffrant d’obésité, cumulant des facteurs de comorbidité (diabète, hypertension), sont particulièrement fragiles face au COVID-19*.

C’est pourquoi la Fédération Française des Diabétiques a décidé de contribuer à la plateforme « Le jour d’après » pour que la publicité sur les écrans vantant des mauvais produits sur le plan nutritionnel aux enfants soit encadrée.

Dans la lutte contre le marketing de la malbouffe aussi, il peut y avoir un avant et un après coronavirus

Le 4 avril dernier, 60 parlementaires ont mis en place une plateforme participative afin d’évoquer “Le jour d’après” COVID-19. Ce site internet propose de recueillir les propositions de tous (citoyens, travailleurs, associatifs, syndicalistes, experts et élus) afin d’imaginer la sortie de crise. Dans notre réseau, la Fédération Française des Diabétiques y participe pour remettre sur la table le sujet de l’alimentation et du marketing pour enfants.

Et pour cause : l’augmentation des maladies chroniques comme le diabète et l’obésité est exponentielle, et aujourd’hui en France, un enfant sur six est en situation de surpoids ou d’obésité. Or il est désormais démontré que la lutte contre l’obésité de l’enfant passe par la diminution de l’exposition aux publicités vantant des produits peu favorables au plan nutritionnel.

Début mars, nos associations s’étaient donc mobilisées pour que la loi sur la réforme de l’audiovisuel public – de passage à l’Assemblée nationale – encadre la publicité des programmes audiovisuels destinés aux enfants (consulter notre communiqué de presse).

Parce qu’il est toujours temps d’agir et de dire stop, soutenez et relayez la contribution de la Fédération Française des Diabétiques au « Jour d’après ». Vous avez jusqu’au 4 mai !

*Les personnes souffrant de diabète de type 1 et diabète de type 2 sont identifiées comme à risque élevé et nécessitent une protection accrue dans la situation sanitaire actuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier