Autosondage urinaire : attention aux économies dangereuses pour la santé

L’Etat tente par tous les moyens des économies pour réduire le déficit de l’assurance maladie, ce qui est souhaitable, mais à condition de ne pas remettre en jeu la santé des patients.

Le parlement a voté en 2013 une baisse arbitraire et comptable de 5% du remboursement des dispositifs médicaux (DM) liés à l’incontinence sphinctérienne. Les prix de remboursement des DM étaient bloqués depuis plus de 10 ans ! Parallèlement les sondes urinaires à demeure ont vu leur remboursement tripler à l’étonnement de tous, et ce sans aucune justification médicale.

L’Association nationale Spina Bifida et Handicaps associés reçoit des plaintes d’usagers auxquels le médecin cesse de prescrire cinq autosondages urinaires quotidiens au profit d’une sonde à demeure unique durant 5 à 6 semaines, en expliquant que la sonde à demeure est plus pratique. L’économie paraît considérable, mais au bout de 10 à 15 jours le patient est déjà en infection urinaire.

L’infection urinaire chez des malades incontinents neurologiques ou non est grave avec des risques de septicémie, d’insuffisance rénale, de dialyse dont les coûts sont prohibitifs mais alors indispensables car engageant le pronostic vital du patient.

N’est-ce pas là un effet pervers de la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP) qui offre une prime à la performance conséquente en modérant les prescriptions ?

Ceci va, en tout cas, à l’encontre des recommandations des sociétés savantes comme l’Association Française d’Urologie (AFU) et du Groupe d’Etude de Neuro-Urologie de Langue Française (GENULF).

Rappelons que l’incontinence sphinctérienne concerne plus de 5 millions de personnes en France.

L’A.S.B.H (Association Spina Bifida et Handicaps) met en garde les patients qui se sondent contre ces pratiques qui doivent être médicalement justifiées.

ATTENTION AUX ÉCONOMIES DE SANTÉ DANGEREUSES POUR LA SANTÉ

Mr François HAFFNER, Président de l’A.S.B.H.

1 commentaire

  • frederic tassigny dit :

    Bonjour, J'ai 70 ans et suis obligé de m'auto-sonder 5 et parfois 6 fois par jour ! Donc un réveil vers les 3h du mat' … Cela dit, en un an je n'ai eu qu'une infection bégnine en utilisant des "LOFRIC" ch16 type Hydro-Kit stérile". Je refuserai catégoriquement une sonde à demeure même si il y a une contrainte des heures et la quantité de sondes nécessaires (5×365 jours, soit 1825 sondes par an, en boites de 20, ça fait qd mm presque 100 boites !!! Avantage énorme, en dehors de ces qq minutes, comme si on allait pisser, on est totalement libre, vélo, natation, bricolage etc etc … et sans compter sur la fonction sexuelle qui peut être "assouvie" normalement … Bravo donc au Dr F Haffner, il y a des économies qui coûtent la vie de patients. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier