Couverture du livre "La Médecine sans médecin"

Lecture de plage : pour ou contre la médecine numérique ?

Sous-titré « Le numérique au service du malade » le livre intitulé La médecine sans médecin ? du chirurgien urologue Guy Vallancien est un plaidoyer militant en faveur du progrès. Ses 300 pages défendent avec ferveur l’innovation au service de la santé et de la médecine. L’auteur en profite pour proposer des solutions concrètes pour refondre le système de santé dans son ensemble, afin de s’adapter et d’optimiser les bénéfices que nous apportent et nous apporteront, dans un avenir proche, les progrès technologiques, informatiques, robotiques, numériques en matière de santé… Un nouveau monde où le médecin tel qu’on le définit aujourd’hui peut trouver sa place ? C’est effectivement une des nombreuses questions à laquelle l’auteur va tenter de répondre.

Un peu d’histoire…

Aurait-on dû remettre en cause les bénéfices du stéthoscope en matière de diagnostic sous prétexte qu’à l’époque de son invention, il était un outil qui surpassait peut-être trop la Nature au risque de faire peur ? Chaque époque a eu son lot de fulgurances en matière de progrès et son cortège de détracteurs qui y trouvaient toujours un aspect diabolique et contre-nature.

Une première partie du livre plaira ainsi aux férus d’histoire de la médecine puisqu’elle regorge d’anecdotes sur le sujet et étaye la position de l’auteur en montrant bien qu’au cours des siècles, avec le recul, chaque progrès médical, si effrayant fut-il au premier abord, est surtout un bienfait pour l’humanité.

Doit-on craindre aujourd’hui que les progrès, via des machines ultra-sophistiquées, des ordinateurs, nous offrent la possibilité de pousser de plus en plus précisément l’analyse du corps humain, ses dysfonctionnements éventuels, voire ses futurs dysfonctionnements éventuels, par anticipation, via notamment le séquençage du génome humain ? Certes, l’auteur rappelle que des questions éthiques ne manquent pas de se poser avec de telles innovations, mais son credo est clair : il ne faut pas brider le progrès. Comment, explique-t-il, refuser à un aveugle de voir, à un paraplégique de retrouver l’usage de ses jambes sous prétexte que le progrès peut être utilisé à mauvais escient ? C’est sans nul doute une possibilité, mais Guy Vallancien milite justement pour que professionnels de santé, pouvoirs publics et patients s’organisent dès maintenant afin que ces évolutions se fassent en bonne intelligence, et invite à nous y adapter au lieu de les subir.

Restructurer le système de santé français

Or pour nous adapter à ce nouvel avenir de la médecine, il y a un gros chantier à entamer. Et très rapidement, l’auteur en profite pour pointer du doigt ce qui semble être à ses yeux les nombreux problèmes du système de santé français. Bien qu’il reconnaisse qu’il y ait en France de multiples talents dans les métiers de la médecine, il déplore en premier lieu le manque d’ambition et d’opportunités en matière de recherche, qui laisse l’hexagone prendre de plus en plus de retard sur ce segment à l’échelle mondiale.

Mais le secteur de la recherche n’est pas le seul à être incriminé et l’urologue n’épargne personne, remettant en cause l’enseignement médical, le système hospitalier sclérosé, le libéral muselé, la répartition des tâches entre professionnels de santé… Il tient un discours engagé assez critique mais propose pour chaque problème une solution pratique. Il en vient ainsi à exposer ce qu’il appelle “les 12 travaux d’Hippocrate” parmi lesquels il insiste pour travailler sur la prévention d’un point de vue social et environnemental, afin d’être davantage à l’écoute des patients et, bien entendu, pour pousser l’informatisation et les télécommunications dans les domaines médicaux, tout en repensant le rôle des professionnels de santé dans cet écosystème.

Le livre se termine, comme il a commencé, avec des anecdotes sur l’histoire de la médecine mais cette fois avec une vision d’anticipation, enchaînant plusieurs exemples de ce que sera la médecine de demain… et résolvant l’interrogation du titre du livre… Une médecine pleine de progrès, d’ingénieuses machines, de robots ultra-performants, de big data à exploiter, dans laquelle il faudra repenser la place du médecin, mais sûrement pas s’en passer !

La médecine sans médecin ? Le numérique au service du malade – Par Guy Vallancien – édition Gallimard.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Logo Santé Info Droits

Partager sur

Copier le lien

Copier