Accueil > S'informer/Echanger > Discussions en cours > Quelle prise en charge pour l'aide à l'autonomie ?
  • warning: Missing argument 2 for l(), called in /var/www/leciss.org/sites/all/modules/custom/ciss_push_homepage/ciss_push_homepage.module on line 429 and defined in /var/www/leciss.org/includes/common.inc on line 1658.
  • warning: htmlspecialchars() expects parameter 1 to be string, array given in /var/www/leciss.org/includes/bootstrap.inc on line 867.
  • warning: Missing argument 2 for l(), called in /var/www/leciss.org/sites/all/modules/custom/ciss_push_homepage/ciss_push_homepage.module on line 429 and defined in /var/www/leciss.org/includes/common.inc on line 1658.
  • warning: htmlspecialchars() expects parameter 1 to be string, array given in /var/www/leciss.org/includes/bootstrap.inc on line 867.
  • warning: Missing argument 2 for l(), called in /var/www/leciss.org/sites/all/modules/custom/ciss_push_homepage/ciss_push_homepage.module on line 429 and defined in /var/www/leciss.org/includes/common.inc on line 1658.
  • warning: htmlspecialchars() expects parameter 1 to be string, array given in /var/www/leciss.org/includes/bootstrap.inc on line 867.
  • warning: Missing argument 2 for l(), called in /var/www/leciss.org/sites/all/modules/custom/ciss_push_homepage/ciss_push_homepage.module on line 429 and defined in /var/www/leciss.org/includes/common.inc on line 1658.
  • warning: htmlspecialchars() expects parameter 1 to be string, array given in /var/www/leciss.org/includes/bootstrap.inc on line 867.

Les besoins de financement en matière de dépendance seraient de l'ordre de 30 milliards d'euros, annonçait l'ex-ministre du Budget, François Baroin, tout en précisant que les hypothèses variaient en fonction de l'échéance et des projections démographiques retenues.

Roselyne Bachelot avait initié en 2011 une réforme de la prise en charge de la "dépendance" sur la base d'un "socle massif de solidarité" (voir notre bon point du 13 mai 2011).

Le défi de la perte d'autonomie doit être relevé dans le cadre d'un financement solidaire, la recherche d'alternatives privées, partiellement ou en totalité, ne permettrait pas de construire un système équitable. Reprenons le débat !

Rapports des groupes de travail remis le 21 juin

Les rapports des groupes de travail sur la prise en charge de la dépendance ont été remis le 21 juin 2011 à Roselyne Bachelot et sont en ligne sur le site du ministère des Solidarités : http://www.dependance.gouv.fr/21-juin-les-groupes-de-travail.html.

La réforme de la dépendance reportée !

Lors d'une conférence de presse mercredi 24 août 2011, le 1er ministre François Fillon a annoncé que les décisions sur la réforme de la "dépendance" ne seraient pas rendues avant début 2012...

Quid de la dépendance après le 6 mai 2012 ?

Marisol Touraine, la responsable du pôle social de François Hollande, a rappelé jeudi 26 avril l’engagement du candidat à mettre en place une loi cadre pour la dépendance des personnes âgées s’il était élu dimanche 6 mai.
Un texte décliné avec "le doublement du plafond de l’APA (allocation personnalisée autonomie)”, soit “220 millions d’euros par an” et 80 000 logements aménagés, soit encore 140 millions par an. S’exprimant sur France Info, Marisol Touraine a précisé que cette négociation serait “une des premières choses” que François Hollande ferait s’il était élu.
“Cela veut dire que, dans nos politiques publiques, nous devons prendre en compte le vieillissement dans l’aménagement des villes, la question des transports, l’aménagement des logements” et “leur construction”, a précisé celle que l’on présente comme la future ministre des Affaires sociales d’un gouvernement de gauche.

De son côté - alors que la réforme de la dépendance a été stoppée cette année du fait de la crise -, Nicolas Sarkozy joue la prudence, annonçant en substance la reprise du chantier lorsque la situation économique de la France le permettra.
[source : Egora.fr]

Dépendance illusion

Le gouvernement dispose désormais de trois rapports de plus sur la dépendance pour mettre au point sa loi sur "l'adaptation de la société au vieillissement", promise pour la fin de l'année malgré des marges de manœuvres financières réduites.

Attendue depuis la canicule meurtrière de 2003, la réforme de la prise en charge des personnes âgées, notoirement insuffisante, avait été promise puis repoussée plusieurs fois sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, pour des raisons budgétaires.

Pendant ce temps, les rapports sur le sujet se sont empilés.

"On a toutes les expertises, maintenant, il faut des décisions", a affirmé en conférence de presse l’auteur de l’un des rapports rendus publics lundi, le conseiller général (PS) du Val d’Oise, Luc Broussy.

Mais il faudra attendre encore un peu : François Hollande a promis une vaste loi pour fin 2013, qui pourrait entrer en vigueur début 2014 et s’étaler sur plusieurs années.

La prise en charge des personnes âgées est estimée actuellement entre 22 et 25 milliards d’euros annuels.

Pour préparer le texte, trois rapports (prévention, exemples étrangers, adaptation de la société) ont donc été officiellement remis lundi au Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

"Le gouvernement va engager un travail interministériel pour l’élaboration du projet de loi (…) qui sera prêt d’ici la fin de l’année", a confirmé M. Ayrault dans un communiqué.

La loi comportera trois volets : adaptation, prévention et financement.

Les pistes de financement sont sur la table depuis des années : hausse de la CSG, assurance privée, nouvelle journée de solidarité … Seule certitude, les retraités imposables seront soumis à une taxe de 0,3% en 2014 pour financer la dépendance.

"Un canot et des rames"

Les rapports remis lundi [11 mars 2013] n’évoquent ni coût, ni financement et leurs auteurs appellent à ne pas se focaliser sur la dépendance, mais à adopter "une autre vision de l’avancée en âge", selon la députée (PS) Martine Pinville (rapport sur les exemples étrangers).

"Le général De Gaulle disait +la vieillesse est un naufrage+, notre ministère va fournir le canot et les rames", s’est amusée la ministre déléguée aux Personnes âgées Michèle Delaunay.

Le nombre de plus de 85 ans devrait passer de 1,3 million en 2007 à 5,4 millions en 2060, selon l’Insee, mais seulement une petite partie sera dépendante.

Les trois auteurs appellent donc à voir le vieillissement comme une chance pour la société, à condition de s’y préparer de façon globale, au plus vite.

"Notre pays peine à se doter d’une véritable stratégie globale définie, pilotée et voulue par l’Etat", pointe Luc Broussy, ancien délégué général du Syndicat des maisons de retraite privées (Synerpa), évoquant aussi un "fatras organisationnel".

Pour améliorer les choses, il prône par exemple un "guichet unique" d’information et de coordination, commun aux personnes âgées et handicapées, sous la forme de Maisons de l’autonomie.

Parce que "sans logement adapté, il n’y a pas de maintien à domicile", M. Broussy suggère aussi, entre autres, des quotas de logements neufs (20%) adaptés dans des "zones propices au vieillissement" définies dans les documents d’urbanisme.

Après avoir promis 80.000 logements adaptés par an pendant la campagne présidentielle, François Hollande en promet désormais 80.000 sur cinq ans.

Le rapport rappelle aussi que la prise en charge des personnes âgées représentera 350.000 emplois médico-sociaux d’ici à 2020 et promeut la création d’une "filière industrielle" des technologies pour les seniors ("gérontechnologies", comme la téléassistance), encore peu répandues en France.

L’AD-PA, association de directeurs de maisons de retraite et de services à domicile, a rappelé dans un communiqué la nécessité d’"augmenter le nombre de professionnels à domicile et en établissement" ou de baisser le prix des établissements d’hébergement.

STOP à la pression

STOP à la pression permanente. STOP à la dévotion. STOP au bénévolat.
NI BONNES NI NONNES NI PIGEONNES!

Nous, infirmièr(e)s et aide soignant(e)s toutes spécialités confondues, de tous les secteurs, dénonçons la pénibilité et la dégradation constante de nos conditions de travail,qui contribuent aujourd'hui à la mise en danger du patient et au risque accru d'erreur professionnelle.

Nous dénonçons un système qui fonctionne au détriment du patient et nous refusons aujourd'hui de contribuer à ce système.
Un système qui privilégie la rentabilité au détriment de la qualité et de la sécurité des soins et qui nous empêche aussi d'exercer dignement nos rôles de tuteurs auprès des étudiants infirmiers et aide soignants.

Nous exigeons la mise en place de postes supplémentaires adaptés à la réalité du terrain et en accord avec les différentes réglementations de la profession, des revalorisations salariales et d'honoraires ,une mise à plat de la nomenclature des actes infirmiers, la reconnaissance de nos années d'étude dans chaque spécialité, un vrai statut pour l'aide soignante, la reprise en compte de la pénibilité, l'intégration de nos primes pour nos retraites.

Nous sommes déterminé(e)s à nous faire entendre et à ce qu'une véritable réforme de notre statut et de nos conditions d'exercice soit mise en place, et pour ce faire, nous envisageons des actions ciblées et de grande envergure. Nous appelons tou(te)s les soignant(e)s à nous rejoindre et à relayer ce message dans leurs structures et leur entourage.

https://www.facebook.com/groups/NiBonnesNiNonnesNiPigeonnes/

Prestation de compensation du handicap (PCH) et contrôle

Bonjour,
Je siège à la CDAPH d’une maison des personnes handicapées et je vous interpelle sur un problème qui apparaît de plus en plus souvent. Il s'agit de savoir jusqu'où peut s'étendre le contrôle d’effectivité de la prestation de compensation du handicap (PCH). Dans mon département, des agents du Conseil général se rendent inopinément chez des titulaires de la PCH et examinent la manière dont ils vivent avec le personnel qu'ils emploient.
Qui fait quoi, à quel moment, etc., telles sont les questions que les agents posent à la personne handicapée et à ses salariés.
Ainsi il suffit que ce jour-là une situation rencontrée ne soit pas entièrement conforme à ce que prévoit le cadre juridique pour que le nombre d'heures d'aide humaine soit diminué. Par exemple, la personne handicapée est couchée et l'assistant de vie lave le sol de la cuisine.
Je sais que l'aide humaine ne doit pas être consacrée à des tâches ménagères, mais le fait de tirer de ce simple fait particulier la conclusion d’une réduction des besoins en aide humaine pose souci !

Une réalité désastreuse

En 2013, la CASA (Contribution additionnelle de solidarité pour l’Autonomie) a été versée au Fonds de Solidarité Vieillesse au lieu d’être attribuée à l’aide à l’autonomie.

Un « détournement » à mettre en perspective avec le sous-effectif des soignants et les dérives tarifaires dans les EHPAD publics.

Du Monde au Dauphiné libéré, nombreux sont les médias qui, le mois dernier, ont publié sur une actualité qui en dit long sur l’action du gouvernement : les 600 millions d’euros détournés de l’aide aux personnes âgées, sous couvert de loi pas encore votée. Ce thème a été repris par l’association « Âge village » qui titre son édito « La CASA toujours pas réaffectée à 100% pour l’aide à l’autonomie ».

En effet, la CASA payée par les retraités devait être attribuée à l’aide à l’autonomie (le service à domicile). Exceptionnellement, elle l’a été au Fonds de Solidarité Vieillesse (FSV). Pourtant, la dépendance et ces implications est un sujet prioritaire depuis plus de 50 ans. En 1962, le rapport Laroque alertait déjà sur le phénomène de la pyramide des âges, un sujet que les gouvernements successifs n’ont pourtant jamais abordé autrement qu’aux travers d’études et de rapports.

Lire la suite "Reste à charge en Ehpad public" sur le site 66 Millions d'Impatients : http://www.66millionsdimpatients.org/?p=2454

usagers de la santé

Bonjour, en recherchant de l'information sur les usagers de la santé, je découvre avec stupeur une vidéo récente datant du mois Mai au sujet de la création d'un collectif sur les usagers de la santé à l'initiative...du front national!!!

Je ne vois pas de réaction du CISS qui ne semble pas avoir pris position face à cette initiative opportuniste alors que la concurrence avec une vraie fédération d'usagers de la santé qu'est le CISS est évidente.

Est-ce que quelqu'un aurait une réponse sur ce silence? Ma stupéfaction est augmentée à l'écoute de Mme Le pen fille développant certains arguments percutants comme celui du lobbying exercé par les laboratoires pharmaceutiques. Sur le site visité à l'instant, ils dénoncent bien aussi la Dépakine, bref ils suivent de près l'actualité. Or l'idéologie du front national semble apparemment séduire les soignants à bout de souffle et sans perspective, il me semble urgent que le CISS se mobilise. Il me semble que ses valeurs sont aux antipodes de ce parti d'extrême droite qui n'en rate pas une pour se dédiabiliser.
Pour ceux qui auraient 14 mn a perdre voici la vidéo très instructive:
https://www.youtube.com/watch?v=QSJ3LBvNdXA

Au plaisir de lire vos commentaires

Pascal LB

connaitre les membres de la CDAPH

bonjour
comment connaitre la liste NOMINATIVE des membres de la commission et notamment le nom du Président ?
Président qui n'est surtout pas (en principe) le directeur MDPH !
j'ai été sur le site de plusieurs départements pour y constater aucun organigramme ...et aucun nom, hélas, alors que cela est public !
merci bien. cordialement

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.