Accueil > S'informer/Echanger > Discussions en cours > Pour une égalité d’accès aux soins et la solidarité nationale
  • warning: Missing argument 2 for l(), called in /var/www/leciss.org/sites/all/modules/custom/ciss_push_homepage/ciss_push_homepage.module on line 429 and defined in /var/www/leciss.org/includes/common.inc on line 1658.
  • warning: htmlspecialchars() expects parameter 1 to be string, array given in /var/www/leciss.org/includes/bootstrap.inc on line 867.
  • warning: Missing argument 2 for l(), called in /var/www/leciss.org/sites/all/modules/custom/ciss_push_homepage/ciss_push_homepage.module on line 429 and defined in /var/www/leciss.org/includes/common.inc on line 1658.
  • warning: htmlspecialchars() expects parameter 1 to be string, array given in /var/www/leciss.org/includes/bootstrap.inc on line 867.
  • warning: Missing argument 2 for l(), called in /var/www/leciss.org/sites/all/modules/custom/ciss_push_homepage/ciss_push_homepage.module on line 429 and defined in /var/www/leciss.org/includes/common.inc on line 1658.
  • warning: htmlspecialchars() expects parameter 1 to be string, array given in /var/www/leciss.org/includes/bootstrap.inc on line 867.
  • warning: Missing argument 2 for l(), called in /var/www/leciss.org/sites/all/modules/custom/ciss_push_homepage/ciss_push_homepage.module on line 429 and defined in /var/www/leciss.org/includes/common.inc on line 1658.
  • warning: htmlspecialchars() expects parameter 1 to be string, array given in /var/www/leciss.org/includes/bootstrap.inc on line 867.

Dans un communiqué commun du 6 mai 2011, le Collectif interassociatif sur la santé (CISS), l’association des accidentés de la vie (FNATH) et l’UNAF (familles) affichaient agacement et impatience après la suspension – pour une durée indéterminée – des négociations conventionnelles. Nous avons proposé aux présidents de chaque groupe politique à l’Assemblée et au Sénat de défendre une résolution parlementaire sur « l’attachement au respect des principes de solidarité nationale face à la croissance constante des dépenses de santé et aux inégalités d’accès aux soins ».

tout à fait d'accord

L'état doit augmenter le nombre de postes de médecins hospitaliers (ph assistants et autres ...) pour faciliter l’accès aux soins. Afin de permettre aux plus démunis de se soigner il faut interdire les dépassements d'honoraires à l’hôpital.

Par contre je ne vois pas au nom de quoi on peut contraindre un libéral à s'installer quelque part où il n'a pas envie de vivre ni lui dicter ses tarifs: s'il s'installe dans une zone sur dotée en médecins ou qu'il est trop cher alors il ne travaillera pas.

C'est au secteur public de répondre aux impératifs d’accès aux soins (tant géographiques que financiers) et non aux libéraux qui ont choisi se mode d'exercice pour justement être libres et gagner de l'argent.

Commentaire du CISS

Le libre choix des médecins de ville doit en effet être totalement respecté, tant en ce qui concerne les tarifs que leur lieu d’installation. C’est d’ailleurs pour cela qu’existe le « secteur 3 » permettant à ces "épris" de liberté d’exercer en dehors de toute contrainte conventionnelle. Les autres professionnels de santé qui font le choix (car c’en est un) d’être conventionné par l’Assurance maladie s’engagent volontairement dans une démarche conforme à la politique de l’institution.

Différents éléments peuvent ainsi justifier la mise en place de certaines contraintes concernant l’installation ou les tarifs médicaux, au nom par exemple du principe de l’égalité d’accès aux soins dont est garante l’Assurance maladie qui rémunère les médecins conventionnés.

De plus, on sait que l’argument selon lequel il y aurait une répartition naturellement harmonieuse de l’offre médicale en vertu de la loi du marché, qui justifierait que « si un médecin s'installe dans une zone sur dotée ou [pratique des tarifs trop chers], il ne travaillera pas », est dans la pratique erroné. Cette théorie de la main invisible est, en matière de santé en particulier, inopérante. Car il est bien démontré que les dépassements d’honoraires sont plus élevés dans les zones surdotées : l’ « effet prix » compense l’ « effet volume », moins d’actes mais plus chers.

brillante démonstration néanmoins...

Concernant les déserts médicaux :
Il faut reconnaitre que les gouvernements successifs n'ont cessé de diminuer l'offre de soin (numérus clausus,mica, fermeture d'hopitaux et de blocs opératoires privés).
Difficile de pleurer maintenant qu'il n'y a plus de médecins et de demander aux libéraux de remplir les zones délaissées : il faut se mettre aussi à la place des médecins qui ont aussi envie de profiter de leur vie une fois les "travaux forcés" du service public terminés.
Si on veut avoir des médecins qui s'installent dans des zones sous dotées , il suffit d'augmenter le nombre de places en première année dans les facultés correspondantes pour avoir plus de chance de former des "autochtones". Exemple concret : je suis charentais et j'ai du faire mon internat à Reims : qu'est-ce que je fais dès que j'ai fini ? je m'installe sur la cote atlantique et j'ai empêché (malgré moi) un champenois de se former!!!
Concernant les prix:
Les dépassements d'honoraires ont permis de ne pas augmenter les tarifs des consultations et des actes chirurgicaux et ils arrangent bien les politiciens en fait...Mais je veux bien travailler au tarif conventionné à condition que les tarifs soient augmentés (et là nous ne parlons évidement pas de 1 euro par consultation).
Désolé mais on ne dispose pas d'un médecin libéral comme d'un fonctionnaire lambda; par contre s'est moins vrai pour un hospitalier mais les hôpitaux ferment tous les uns après les autres : c'est dommage convenez-en!

Réponse du CISS sur densité médicale/dépassements d'honoraires

Selon les estimations de la population générale de l’INSEE, la population française métropolitaine comptait 62 809 976 habitants au 30 décembre 2008. En activité totale, la densité médicale est passée de 206 médecins pour 100 000 habitants en 1979 à 324,1 médecins pour 100 000 habitants en 2010.
En 30 ans, le nombre de médecins est passé de 112 066 à 216 450, soit une augmentation de 93,1%.

En réalité, notre pays ne connaît pas de pénurie de médecins mais a à faire face à des problèmes de répartition des effectifs. La France est en effet scindée en deux : le Sud, l’Ile-de-France et l’Alsace avec une densité supérieure à 310 médecins pour 100 000 habitants et le reste de la France (15 régions ont une densité allant de 238 à 309 médecins pour 100 000 habitants).
9 régions enregistrent une diminution de la densité allant de -0,74% pour la Haute-Normandie à -0,25% (Alsace).

Dans certaines zones, la désertification médicale est susceptible de mettre en péril les populations et ce risque est inacceptable dans un pays qui dépense tant pour sa santé.

Ce sont ces paradoxes qui sont à pleurer !

S’il faut évidemment tenir compte des aspirations des médecins, il nous paraît primordial de partir des besoins des usagers qui assistent, démunis, au non-remplacement de leurs médecins retraités dans de nombreux territoires.

Concernant les dépassements d’honoraires, il est juste de penser que leur pratique permet de « sous-tarifer » certains actes médicaux mais, du point de vue des usagers, cette pratique est de moins en moins acceptable compte tenu de son évolution.
Ils ont en effet augmenté de plus de 6% en 2010 selon la Mutualité française. Ils ont progressé presque deux fois plus rapidement (+6,1%) que le total des honoraires (+3,2%).

Déserts médicaux et dépassements d’honoraires seront, nous l’espérons, au cœur des négociations conventionnelles mais on dirait que les luttes inter-syndicales prennent le pas sur l’intérêt des usagers. Il est urgent d’agir pour réparer les ruptures d’égalité d’accès aux soins et si la nouvelle convention médicale se borne à reconduire la précédente sans réels engagements de part et d’autre, les pouvoirs publics devront agir dans l’intérêt de tous et non contre les médecins.

Tant pis

Je me doute bien que je rallierai personne à la cause des infâmes docteurs plagistes et profiteurs dont je fais partie.
Mon but est juste de rappeler que le désengagement de l'état ainsi que la désorganisation générale du système de formation des médecins sont beaucoup plus problématiques que l'attitude des libéraux.
J'ajoute encore une fois que la solution à tous ces problèmes s'appelle " hôpital public" : un endroit où l'exercice privé est inadmissible et dont la mission est d'assurer l'accessibilité aux soins à tous.
Il s'agit juste de mon opinion et personne n'est obligé d'y adhérer cependant.

j'aimerais savoir

j'aimerais savoir si il existe une association bleu siel dans l'Aube.

En réponse à votre question

Bonjour,
Nous vous invitons à consulter le site Internet de l'association Siel bleu : http://www.sielbleu.org. Il apparaît, en le parcourant, qu'il n'y a pas encore d'antenne dans l'Aube. Mais un contact y est indiqué : Arnaud REYBOIS (06 69 77 26 43). Bien cordialement.
L'équipe du CISS.

La Grande Motte boycottée totalement par des réseaux mutuelles !

Tous les opticiens, les dentistes, les laboratoires d'analyses, les kinésithérapeutes,etc., totalement boycottés par des réseaux de mutuelles comme Santéclair, Mgen, Sévéane, Itélis, etc.
Toutes ces mutuelles ont décidé d'oublier qu'il y a des professionnels de santé à la Grande Motte (qualifié de 'petit Saint Tropez du Languedoc Roussillon') et OBLIGENT TOUS LES ADHERENTS A PARCOURIR PLUS DE 30 KM DE DETOURS pour bénéficier d'un tiers payant et d'un meilleur remboursement !
Est-ce cela un pays de Liberté et d'Egalité ??
La ville de la Grande Motte n'est qu'un exemple parmi tant d'autres de cette injustice qui finalement crée des déserts médicaux... Je suis Opticien Gérant depuis plus de 7 ans et malgré des prix bas avec des verres Français + une deuxième paire offerte, tous les réseaux mutuelles me refusent !
N'est-ce pas des pratiques 'mafieuses' ? Ainsi j'ai décidé d'en alerter un maximun de personnes ainsi que les médias pour dévoiler la vérité au grand jour !

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.